Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

lundi 30 mars 2015

The Walking Dead - Saison 5


SAISON 5 AMC
Créée par Scott M. Gimple & Frank Darabont
-------------

The Walking Dead, l'an dernier, c'était devenu très bien. Pas seulement "oui, c'est sympa comme tout !", non : il y avait une vraie ambition, une construction très favorable au développement des personnages, et finalement c'était de très loin la meilleure saison de la série, la plupart des épisodes de la deuxième moitié étant supérieurs à la grande majorité du show. Pour ce nouvel acte on conserve donc le même showrunner, Scott M. Gimple, principal artisan du renouveau inattendu de la série.


Et dans les huit premiers épisodes, on retrouve ce relatif talent : en enchaînant des faux-stand alones assez intenses, la série confirme ce virage créatif et surprend encore. Des thématiques intéressantes, une vraie recherche de fond. De l'espoir, il y en avait, avec des chapitres déjà historiques comme Four Walls and a Roof, Self Help ou Slabtown. Puis arrive la deuxième partie de saison, et un événement narratif majeur : tous sont enfin réunis. Ensemble, « une famille » comme la série ne cesse de nous le répéter. Et c'est un peu comme si les scénaristes signaient leur arrêt de mort, car The Walking Dead est très rarement bonne quand les personnages sont réunis. Certains sont laissés à l'abandon (la moitié du casting, surtout maintenant qu'ils sont une bonne vingtaine) avec une vague tentative de justifier leur absence à l'écran (quoique parfois ils semblent n'en avoir que faire), mais surtout les storylines se multiplient et se chevauchent, donc la tension baisse.
Il y a bien des fulgurances, de très bons épisodes, et mêmes des expérimentations visuelles ou narratives plutôt bienvenues  qui semblent définitivement être le cœur de la plume de Gimple – mais dans son ensemble, cette deuxième partie ne convainc pas : elle déçoit grandement, en grande partie à cause de choix très critiquables et d'un début de morale loi de la jungle plutôt répugnante.


On est très loin de la purge que la série a pu être il y a encore quelques années, mais The Walking Dead avait mieux à faire cette année. Passage à vide ? Sans doutes : réputé comme tel déjà dans le comics, on espère en tout cas que la série aux audiences records retrouvera des couleurs en saison 6. Il n'y a plus qu'à croiser les doigts et se répéter que le meilleur n'est pas passé, ou qu'il est même à venir. Candide, certes, mais les indices sont bien là.

0 commentaires:

Publier un commentaire