Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

jeudi 26 mars 2015

Parasite (Kiseiju) - Intégrale


INTÉGRALE NTV
Créée par Kenichi Shimizu
-------------

Première réalisation pour le compte de Madhouse de Kenichi Shimizu, animateur-clé sur Monster, Gurren Lagann mais principalement sur des sous-traitances Disney, Parasite est l’adaptation tardive du très célèbre manga éponyme d’Iwaaki Hitoshi, publié au début des années 90. Sur le papier c’était donc une réponse très prometteuse à la désillusion Tokyo Ghoul – avec qui Parasite partage beaucoup de similitudes – et au milieu d’une saison automnale riche en déceptions (Psycho-Pass 2 ou encore FSN), une lueur d’espoir pour la fin de l’année japanime.


Il y a plusieurs niveaux de lecture dans Parasite. Déjà il y a le faux-seinen qui, entre deux débauches de gore, nous propose des combats intenses à l’issue, la plupart du temps, relativement prévisible. Même si la qualité de l’animation rend ces phases assez passionnantes, c’est loin d’être le cœur de l’animé. Non, ce qui fait la force de Parasite, ce sont ses qualités scénaristiques – héritées bien entendu de l’œuvre originale. La construction d’un univers assez intéressant qui, dans une démarche très ambiguë – vous êtes prévenus – tente de faire réfléchir sur la place de l’homme sur Terre, sa cohabitation avec son environnement et la manière dont il réagit au meurtre de ses semblables. Terrain dangereux ? Oui, et c’est bien là l’intérêt en réalité : dans cette réflexion antispéciste à la limite de l’anthropophobie pure et simple qui n’est pas sans rappeler Godzilla, ou dans une moindre mesure The Happening de Shyamalan, Parasite se construit une identité assez particulière, parfois hésitante et peu convaincante, mais globalement très dérangeante.
Malheureusement, ce point qui semble pourtant être la finalité de l’œuvre – à la vue des deux derniers chapitres où cette pensée devient image – n’est finalement qu’une partie bien peu importante des vingt premiers épisodes qui naviguent constamment entre le shonen gore, le teasing de harem et une narration et des questionnements bien plus matures qui tranchent complètement avec la bande-originale gentillette – même si mélodieuse – et le doublage cliché.


Parasite est un animé frustrant – c’est très plaisant à regarder, certes, et l’intégrale se dévorera avec passion tant la narration énergique tient en haleine, mais cet ensemble aurait pu être bien meilleur si il n’y avait pas tous ces petits défauts regrettables qui viennent gâcher l’expérience. Des incohérences formelles qui viennent enrayer un scénario plus malin qu’il n’y paraît dans les thèmes qu’il aborde avec soin. Divertissant.

0 commentaires:

Publier un commentaire