Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

samedi 24 mars 2012

Cloclo

Réalisé par Florent Emilio Siri
Avec Jérémie Renier, Benoît Magimel, Monica Scattini
Biopic français (2012)


Résumé :
Cloclo, c’est le destin tragique d’une icône de la chanson française décédée à l’âge de 39 ans, qui plus de trente ans après sa disparition continue de fasciner. Star adulée et business man, bête de scène et pro du marketing avant l’heure, machine à tubes et patron de presse, mais aussi père de famille et homme à femmes…
Cloclo ou le portrait d’un homme complexe, multiple ; toujours pressé, profondément moderne et prêt à tout pour se faire aimer.

Je n'ai jamais accroché à la musique de Claude Français. Peut-être parce que j'ai considéré qu'elles avaient toujours pris un gros coup de vieux, et que malgré mon amour d'un style musical de son époque, sa musique un peu "à part" ne m'avais jamais accroché. Et pourtant les très bons retours de Cloclo m'ont décidé à aller voir le biopic sur la ville de Claude François. Dure a été le choc quand je me suis retrouvé devant une véritable claque. Oui, une claque, une grosse baffe.


Florent Emilio Siri réussi un biopic acharné, épique et terriblement tragique. Personne n'ignore que Claude François est mort alors que sa carrière internationale démarrait tout juste, dans sa douche, changeant une ampoule. On sait dès le début que cette montée en puissance s'arrêtera brutalement. Mais si ceci est un cadeau de l'histoire au profit du scénario du film, il faut reconnaître que si Cloclo est si réussi, c'est grâce à une mise en scène absolument parfaite.
Oui car là où les films français (en général j'entends bien) sont rarement réussi et épique du côté de la réalisation, là on est clairement devant une mise en scène à l'américaine : entraînante, belle, propre, magnifique et magique. Les scènes de concert (notamment celle de l'Olympia et celle à Londres) sont absolument incroyables et foutent littéralement des frissons, du jamais vu : l'ambiance est retranscrise, la magie d'un tel moment, et je me suis à aimer sa musique. My Way/Comme d'habitude est d'une puissance incroyable, et la scène qui lui est dédiée est surement l'une des plus belle séquence musicale que j'ai put voir au cinéma.


Le tout est puissant, porté par un Jérémie Renier incroyable qui déboule tout son incroyable talent. Cloclo prouve que le cinéma français est en plein boum : après le réussi Intouchables et l'excellent The Artist, Cloclo est véritablement la claque de ce début d'année, s'imposant comme l'un des films à voir absolument. Car il arrive à réussir là où Ray (par exemple) avait échoué : réellement retranscrire l'ambiance d'un concert avec magie et épisme. Oui, Cloclo est un grand film. En devenir une référence, sans aucun doute. Et j'en suis la preuve vivante, même ceux qui n'aiment pas Cloclo peuvent aimer, car Renier comme Siri ont réellement compris le personnage : une bête de scène mais derrière cela un homme perturbé par son enfance, un con. 

0 commentaires:

Publier un commentaire