Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

dimanche 18 mars 2012

La Dame en Noir : La Hammer est de retour

Réalisé par James Watkins
Avec Daniel Radcliffe, Ciarán Hinds, Janet McTeer
Film d'angoisse anglais (2012)



Résumé :
Arthur Kipps, jeune notaire à Londres, est obligé de se rendre dans le petit village perdu de Crythin Gifford pour régler la succession d’une cliente récemment décédée. Dans l’impressionnant manoir de la défunte, il ne va pas tarder à découvrir d’étranges signes qui semblent renvoyer à de très sombres secrets. Face au passé enfoui des villageois, face à la mystérieuse femme en noir qui hante les lieux et s’approche chaque jour davantage, Arthur va basculer dans le plus épouvantable des cauchemars…

Pour beaucoup de personnes, la Hammer est disparu en même temps que La Femme disparaît en 1979 au titre très approprié pour la situation. Tentant de se sauver par le biais de séries au succès médiocre, ou de relances avortés, elle est rachetée en 2007, et produit en 2008 la web-série Beyond the Rave. Sort en 2010 le très réussi remake américain de Morse, nommé Laisse-moi entrer et réalisé par Matt Reeves, puis enchaîne avec Le Locataire et Wake Wood. La Dame en Noir est donc le quatrième long-métrage de la nouvelle Hammer, mais c'est le premier à revenir aux « vrais » films de la Hammer : de l'horreur gothique, glauque, sans aucune goûte de sang, mais terriblement flippante.


Si James Watkins avait déjà surpris son monde il y a quelques années avec Eden Lake, c'est réellement avec La Dame en Noir qu'il confirme son talent : car entre des Paranormal Activity à la limite de la télé-réalité mal filmée, des Saw à n'en plus finir et des Scream hilarants, l'épouvante moderne n'avait sans doute pas fait frémir un chat depuis... Le Projet Blair Witch et son retour aux peurs fondamentales. Watkins regorge de bonnes idées et le fait savoir : tant sur le plan d'une mise en scène très réussie que de son véritable sens de l'angoisse - il est à suivre.
Mais la véritable révélation de La Dame en Noir, c'est sans aucun doute Daniel Radcliffe. « Prisonnier » de la saga Harry Potter pendant 10 ans, malgré quelques écarts plus ou moins réussis (December Boys, My Boy Jack), il était donné comme le grand perdant de la saga puisque les mauvaises langues donnaient Rupert Grint (qui s'est spécialisé dans la comédie anglaise avec Wild Target ou Cherrybomb), Tom Felton (récemment vu dans La Planète des singes : les origines) ou Emma Watson (My Week With Marilyn ou encore le prochain film de Sofia Coppola ou Guillermo Del Toro), un avenir bien plus rempli que Radcliffe, que beaucoup jugeaient comme un acteur plat et prisonnier, à l'image de Mark Hamill, de son rôle.


Mais c'était bien mentir car Radcliffe joue très bien. Ce premier rôle post-Harry Potter - en attendant le rôle principal de la réadaptation par Mimi Leder de A l'Ouest, rien de nouveau - est donc une réussite totale puisque Daniel Radcliffe entre des seconds rôles très réussis (Ciarán Hinds notamment, qui après ses jeux médiocres dans John Carter et Ghost Rider 2 confirme son talent qu'on lui connaissait de There Will Be Blood) tire son épingle du jeu en réussissant, par le jeu de regards et d'expressions excellentes à faire du film une véritable perle du cinéma d'horreur.
Car si il faut bien retenir quelque chose de La Dame en Noir c'est bien que c'est sans aucun doute le premier film d'horreur depuis bien longtemps à faire peur. Il prend aux tripes littéralement avec des scènes d'une grande intensité (celle de la découverte de la maison, la nuit dans celle-ci, cependant moins flippante) et une jeu des décors et des plans grandiose.

Si le film perd de son intensité à certains moments et peut tirer en longueur quelques fois, notamment vers la fin, La Dame en Noir reste une claque d'une grande ampleur menée par un Daniel Radcliffe très prometteur et qui confirme un jeu d'acteur qu'on ne lui connaissait pas. La Hammer est de retour. Et avec classe.

0 commentaires:

Publier un commentaire