Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

jeudi 1 mars 2012

Colorful


Réalisé par Keiichi Hara
Avec Kazato Tomizawa, Aoi Miyazaki, Akina Minami
Film d'animation japonais (2011)


Résumé:
Un esprit gagne une deuxième chance de vivre à condition d'apprendre de ses erreurs. Il renait dans le corps de Makoto, un élève de 3ème qui vient de mettre fin à ses jours. L'esprit doit endurer la vie quotidienne de cet adolescent mal dans sa peau. Avançant à tâtons, s'efforçant de ne pas reproduire les fautes de Makoto, il va finalement découvrir une vérité qui va bouleverser son existence.
Après le prometteur Un été avec Coo il y a deux ans, le metteur en scène nippon Keiichi Hara fait son retour avec Colorful. Là où Colorful diffère de ce que l'on a l'habitude de voir récemment au pays du soleil levant, c'est qu'il s'intéresse à la vie quotidienne, avec certes un postulat fantastique, mais en grande partie mis en retrait par le déroulement de l'histoire.


Car Colorful aborde avec intelligence des sujets aussi sérieux que le suicide, l'adultère, la prostitution infantile ou la discrimination mais en gardant une pudeur et une distance assez remarquables avec la véritable violence physique dont il aurait put souffrir. Car avec ces sujets tabous de l'animation mais bien réels, Hara arrive à donner vie à ses personnages, si bien que le quotidien de ce jeune garçon devient réel et l'histoire prend réellement vie. On aura rarement vu un dessin-animé aussi réaliste et aussi véritable sur les sujets qu'il dénonce.
Car Colorful s'attaque aussi à la société, aux secrets, aux failles de notre société moderne, le tout avec une intelligence et une pudeur rarement vu dans ce domaine. Pour parler de l'animation en général, même si ce n'est pas révolutionnaire (dut aussi au fait qu'il n'y a rien de fantastique donc qu'on a pas besoin de faire une débauche de scènes d'ampleur fantastique), reste d'une qualité plus qu'acceptable.


Dégageant une beauté hors normes et un réalisme déstabilisant, Colorful n'est cependant ni un chef d'oeuvre ni une révolution, c'est un OVNI, un film remarquable à voir absolument et qui a souffert du fait que ce n'est ni un Ghibli ni un MadHouse. C'est un film d'animation nippon qui défit les règles du genre et qui se révèle un très bon film qui reste une tragédie des plus belles et des plus réussies. Hara est dorénavant l'un des réalisateurs d'animation japonaise les plus prometteurs du moment.

0 commentaires:

Publier un commentaire