Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

jeudi 1 mars 2012

Orange Mécanique

(© Martin Woutisseth)
Réalisé par Stanley Kubrick
Avec Malcolm McDowell, Patrick Magee, John Clive
Film de science-fiction américain (1972)


Résumé : 
Au XXIème siècle, où règnent la violence et le sexe, Alex, jeune chef de bande, exerce avec sadisme une terreur aveugle. Après son emprisonnement, des psychanalystes l'emploient comme cobaye dans des expériences destinées à juguler la criminalité...

La première fois que j'ai vu Orange Mécanique ça m'avait paru bon, sans être absolument génial : quel facteur en avait décidé ? La fatigue ? L'ignorance ? La connerie ? Un cinéma pas très loin de chez moi profite actuellement de la réédition de nombreuses bobines Kubrick pour en faire une rétrospective. Il y a un mois, c'était Shining, la semaine prochaine, c'est Full Metal Jacket, mais hier c'était bel et bien Orange Mécanique qui était diffusé. L'occasion pour moi dans une moindre mesure de sans doute réviser mon jugement, car j'avais été un peu déçu la première fois.
Mais ce coup ci j'ai eut véritablement la preuve que voir deux fois un même film peut être véritablement bénéfique. Orange Mécanique c'est l'histoire malsaine et dérangée d'un jeune homme - Alex - adepte de l'ultra-violence dans un environnement futuriste. Intelligent et divertissant, Orange Mécanique est surement l'un des Kubrick les plus aboutis. C'est pas peu dire quand on sait que le bonhomme a fait Shining, Full Metal Jacket, L'Ultime Razzia ou encore 2001, pour ne citer qu'eux.


Kubrick développe avec Orange Mécanique l'étendue de ses capacités de metteur en scène. Entre des plans d'une rare beauté et un jeu des lumières et des costumes hors du commun, Orange Mécanique marque, d'autant par une histoire passionnante qu'elle est magnifié par le metteur en scène. Car derrière cette "ultra-violence" décrite par le film, Kubrick aborde des thèmes des plus réussis : le libre arbitre, le fait que l'homme puisse décider de choisir le bien ou le mal, ou encore la violence de l'Institution face à celle de l'homme, la violence des jeunes et un certain "voyeurisme" de la part du spectateur.
Alliant le tout à des acteurs exceptionnels (Malcolm McDowell... ça fait d'ailleurs bizarre de le voir jeune) et une bande-originale absolument dantesque (mais avec le Stanley on est habitué), et vous avez affaire à ce qui semble être l'un des meilleurs films jamais réalisé et surement l'un des meilleurs Kubrick.


Kubrick parsème son film d'une loufoquerie qui est là pour soutenir une violence, en apparence gratuite, mais au final riche de sens, à l'époque surtout, mais toujours aujourd'hui, car Orange Mécanique dévoile les problèmes de la société quand à la violence de l'individu. Plus qu'un pur coup de génie, mené par une photographie et une réalisation hors normes, Orange Mécanique est surement ce qu'on peut appeler sans aucune exagération et avec le recul qui s'impose, un ultime chef d'oeuvre du septième art, bourré d'éléments touts aussi mythiques les uns que les autres. N'est-ce pas, Georgie-Boy.

0 commentaires:

Publier un commentaire