Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Get Down

The Get Down

Nouvelle création Netflix, chapeautée par le réalisateur Baz Luhrmann (Moulin Rouge, Gatsby Le Magnifique...) qui, avec l'un des plus gros budgets de l'histoire à la télévision (10 millions l'épisode !) s'intéresse à la naissance du hip hop. Lire plus

Stranger Things

Stranger Things

Stranger Things est la nouvelle création originale de Netflix, un hommage à peine camouflé aux classiques de Steven Spielberg, John Carpenter et Stephen King. Les Goonies façon The Thing, pour l'une des meilleures séries du service de VOD à l'heure d'aujourd'hui. Lire plus

Les 5 ans du Blog

Les 5 ans du Blog

A l'occasion des cinq ans du blog, j'organise une série de mois thématiques. Je m'intéresserai à de nombreux genres de films et cinéastes, au travers de critiques, analyses, dossiers, tops et retrospectives. Lire plus

Game of Thrones

Game of Thrones - Saison 6

Après un cinquième acte légèrement décevant, la série phare de HBO fait son comeback d'entre les morts avec une sixième saison palpitante et vibrante. Dix épisodes avec quelques failles, mais qui au final laissent une impression durable avec certaines des scènes les plus mémorables de la série. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

Warcraft

Warcraft

L'intéressant Duncan Jones se voit confié la lourde tâche d'adapter l'une des sagas vidéoludiques les plus emblématiques des années 2000, avec la mission de vulgariser un univers pas vraiment adapté aux novices. Réussite ? Lire plus

Elle

Elle

Après des années d'absence, Paul Verhoeven fait son grand retour, en France, avec Isabelle Huppert. Un thriller froid et malsain, la rencontre de deux univers en un choc inoubliable. A ne pas manquer. Lire plus

The Expanse

The Expanse - Saison 1

Syfy adapte la saga de James S.A. Corey : The Expanse est un Game of Thrones spatial passionnant et l'une des meilleures surprises télévisuelles de l'année échue. A voir absolument. Lire plus

The Leftovers

The Leftovers - Saison 2

Nouvelle saison du drama métaphysique de HBO des mains de Damon Lindelof. Après une première saison de divisions, cette nouvelle itération semble faire l'unanimité... mérité ? Lire plus

Mad Men

Mad Men - Intégrale

Après sept ans de bons et loyaux services, Mad Men, dernier grand classique de la télévision américaine, s'achève enfin sur AMC. Prenant la suite de plusieurs saisons incroyable, les derniers épisodes auront-ils été à la hauteur des attentes placées en eux ? Lire plus

The Magicians

The Magicians - Saison 1

Adapté de la saga Les Magiciens, The Magicians est la nouvelle création de la chaîne Syfy. Un Harry Potter version dépressif et une magnifique introspection du mal-être du passage à l'âge adulte. Brillant. Lire plus

Fargo

Fargo - Saison 2

La nouvelle saison de l'incroyable surprise télévisuelle de 2014. Fargo saison 2 reprend la même recette mais change les ingrédiens : résultat, c'est aussi bien voir encore mieux. Énorme. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

vendredi 23 mars 2012

Hunger Games - Et puisse le sort vous être favorable

Réalisé par Gary Ross
Avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth
Film de science-fiction américain (2012)

Résumé :
Chaque année, dans les ruines de ce qui était autrefois l'Amérique du Nord, le Capitole, l'impitoyable capitale de la nation de Panem, oblige chacun de ses douze districts à envoyer un garçon et une fille - les "Tributs" - concourir aux Hunger Games. A la fois sanction contre la population pour s'être rebellée et stratégie d'intimidation de la part du gouvernement, les Hunger Games sont un événement télévisé national au cours duquel les tributs doivent s'affronter jusqu'à la mort. L'unique survivant est déclaré vainqueur.
La jeune Katniss, 16 ans, se porte volontaire pour prendre la place de sa jeune sœur dans la compétition. Elle se retrouve face à des adversaires surentraînés qui se sont préparés toute leur vie. Elle a pour seuls atouts son instinct et un mentor, Haymitch Abernathy, qui gagna les Hunger Games il y a des années mais n'est plus désormais qu'une épave alcoolique. Pour espérer pouvoir revenir un jour chez elle, Katniss va devoir, une fois dans l'arène, faire des choix impossibles entre la survie et son humanité, entre la vie et l'amour...


Ah, Hunger Games ! Avec vraisemblablement Harry Potter et dans une moindre mesure A la croisée des mondes ou peut-être Thomas Drimm, ça restera la saga jeunesse de divertissement que j'ai le plus dévoré. Certes, les livres n'étaient pas exempts de défauts, mais ça resterait ce qu'on fait de mieux dans la littérature jeunesse : une histoire divertissante mais violente et une arrière pensée et une critique de la société pas désagréable (même si ça ne vaut pas la saga de Pullman). Et finalement ils en font un film. D'abord enthousiaste, j'ai vite été refroidi par des bandes annonces montrant ce qui annonçait pour moi un navet mal filmé malgré le casting orgasmique.


Et finalement, après des mois entiers d'attente, me voila sorti de la salle en train de me rendre compte que je suis vraiment un fanboy concernant Hunger Games : car quoi qu'on en dise, il y a de gros défauts, majoritairement technique. Et dans une moindre mesure, d'atmosphère. Mais j'ai quand même aimé, voir beaucoup aimé, surtout dut au faites que j'ai revu quelques scènes que je m'imaginais totalement comme ça en lisant le livre et en me disant "et ça, les défauts en moins, en salles ça donnerait quoi ?". Mais là n'est pas le moment de vous expliquer en quoi je suis un fanboy, mais plutôt de prendre du recul sur le film.
Déjà, si y a un gros point mauvais qui fait tâche dans Hunger Games, c'est la shaky cam. Cette horrible shaky cam. Ayant le cul entre deux chaises, hésitant à faire d'Hunger Games un film adulte ou de rester dans le teen movie, Gary Ross créé des scènes d'actions avec cette caméra autisto-épileptique, incompréhensible, et si y avait pas eut ce putain de défaut, surement qu'Hunger Games le film aurait été beaucoup mieux.
Ensuite, là c'est une critique fanboy que je vais faire, la scène d'entrée dans l'arène est ratée. En faites, les jeux en eux même n'ont aucune tension alors que la première heure était très réussie avec d'excellentes scènes et une mise en abîmes plutôt réussi. La faute au fait que le roman de Collins est à la première personne, et que nombre d'éléments (les chiens, les guêpes, le feu...) sont le fruit d'une réflexion de Katniss et le fait qu'ils soit né du Capitole (des organisateurs des jeux) est une déduction de Katniss : Gary Ross, au lieu de choisir une voix intérieure, a préféré alterner Hunger Games et Capitole, ce qui fait perdre toute la tension des jeux.


La comparaison est inévitable : la plupart des non-lecteurs comparent Hunger Games à Battle Royale et Twilight. Là, je défends la saga sur plusieurs points. Concernant Battle Royale, il est évident que les jeux en eux même proviennent du même principe, mais c'est totalement différent : au niveau de la réflexion faites, tout d'abord. Là où Battle Royale abordait la violence, l'importance de la vie, Hunger Games est une attaque contre le totalitarisme, le rôle des médias et la télé-réalité (le fameux Panem et Ludo). Aussi par rapport au récit : les jeux des Hunger Games représente dans la trilogie environ un quart du récit, voir un peu moins, contrairement à Battle Royale où c'est une immersion totale. Déjà, rien sur ces points là, qui ne sont pas les seuls, les deux oeuvres diffèrent totalement et c'est un peu bêta de les comparer, d'autant plus que leur contexte et leur atmosphère (même au niveau des livres ça n'a rien à voir, à noter que j'ai lut les deux) est totalement incomparable. Et enfin Twilight, il y a bien sur le triangle amoureux et malgré tout le faux respect que je peux avoir pour la saga de Meyer, là aussi, la comparaison se limite à cette histoire amoureuse, d'ailleurs plus profonde (notamment du au fait que c'est en grande partie de la télé-réalité, même après, ceux qui ont vu le film comprendront).


Au final, si Hunger Games a des défauts bien visibles, il n'en reste pas moins raté : un très bon divertissement pouvant ouvrir sur une saga réussie. Certaines scènes (la moisson, le district 11) sont absolument superbes et m'ont foutu des frissons. Dommage que Gary Ross ait usé de la shaky cam, surtout. A noter l'excellente performance de Jennifer Lawrence, de Woody Harrelson et Josh Hutcherson.

4 commentaires:

  1. Merci pour cette critique qui, même si j'ai sûrement mieux apprécié le film que toi (et j'en suis la première surprise puisqu'ayant lu les livres, j'avais peur du résultat)est vraiment très bonne. Et surtout, merci de le comparer à Battle Royal et Twilight en faisant bien comprendre que c'est totalement différent. Je trouve d'ailleurs que comparer HG à Twilight n'a aucun intérêt, même s'il faut le faire pour prouver que ça n'a rien à voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton commentaire! Oui, j'ai été déçu notamment par la "shaky cam". Pourquoi pas faire des plans fixes en contre-plongée par exemple ? Y a aussi le fait que j'imaginais l'arène un peu plus variée que forêt/forêt/forêt. Mais sinon, je dois avouer que j'ai été bien surpris.

      Supprimer
  2. Salut Vivien,
    Belle critique ! J'adore tes phrases un peu tirées par les cheveux ;) Je suis à peu près du même avis que toi, je dis à peu près car effectivement, la caméra à l'épaule m'a beaucoup gêné, surtout pour la première partie en ce qui me concerne, par contre l'arène je l'imaginais comme cela, et j'ai bien aimé justement que l'on voit le capitole envoyer les trucs dans l'arène. Et je te rejoins sur un autre point, le casting est, permets-moi de te citer, "orgasmique" ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi!
      Merci beaucoup, ça fait très plaisir de recevoir des bonnes critiques sur ses critiques ^^ Mais je tendrais personnellement presque à effacer les défauts créés par la "shaky cam" si ils retirent ça pour la suite - septembre 2013.

      Supprimer