Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

lundi 1 juillet 2013

Masquerade


MASQUERADE (2012)
RÉALISÉ PAR CHOO CHANG-MIN
AVEC LEE BYUNG-HUN, SHIM EUN-KYUNG, KIM IN-KWON

Lauréat de 15 Daejong Film Awards (les Oscars coréens), succès impressionnant dans son pays, reprenant à la fois des éléments de Kagemusha - L'ombre du guerrier de Kurosawa et du Prince et le Pauvre de Mark Twain, Masquerade avait tout pour plaire. En tête d'affiche : Lee Byung-hun, l'un des meilleurs acteurs de sa génération en Corée, qui était notamment l'acteur principal de A bittersweet life, J'ai rencontré le diable ou encore Le bon, la brute et le cinglé. Rien que ce nom m'a motivé au visionnage de Masquerade, présenté l'an dernier au très bon Festival du film coréen de Paris. La mise en place est un peu lourde cependant - les dix/vingt premières minutes traînent un peu, malgré qu'on prenne un certain plaisir à les regarder. Tout devient bien plus intéressant "quand les rôles s'inversent", Masquerade s'amusant à enchaîner scènes plus sérieuses et gags potaches plutôt réussis (encore faut-il aimer l'humour des films coréens).


On délimite très facilement la première partie du film, plus légère et sans doute plus réussie, de la seconde, bien foutue techniquement et surtout très bien écrite mais relativement prévisible - on est pas surpris. En faites, Masquerade joue là où Kurosawa avec son Kagemusha n'avait pas été, et c'est là qu'on différencie les deux films : Masquerade part du principe que le "faux" est meilleur que le "vrai". Le parti pris n'est pas risqué, et voir cette évolution est très intéressante, d'autant plus que c'est à la fois bien troussé et bien interprété... mais on aurait aimé être d'avantage surpris, Masquerade tombant un peu à plat avec son final convenue. On ne tombe pas dans le patos et dans la mièvrerie, mais on le frôle souvent.
Mais dit comme ça, on a l'impression que Masquerade est mauvais : pas du tout, et ses quinze Daejong ne sont pas arrivés par hasard. On reste face à un film coréen de grande qualité, techniquement irréprochable (les plans sont magnifiques, colorés et très beau à regarder), super bien interprété notamment par un Lee Byung-hun au meilleur de sa forme, un scénario très bien construit qui malgré un final quelque peu décevant nous tient en haleine tout le long, une bande-original une nouvelle fois magnifique...


Masquerade est définitivement un film à voir. Les deux heures passent très vite, et le film a de grandes qualités. Si quelques défauts entachent cette bonne tenue, on reste face à une belle surprise, portée magistralement par un metteur en scène qui sait ce qu'il fait. Cependant, on aurait put espérer encore mieux, et c'est vraiment dommage que la fin finisse en queue de poisson. Du cinéma coréen comme on l'aime.


0 commentaires:

Publier un commentaire