Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

vendredi 19 juillet 2013

|Semaine coréenne| Jour 3 : Haunters, de Kim Min-suk (2010)


Chaque jour, et ce pendant une semaine, découverte d'un film sud-coréen que je n'avais jamais vu avant.

Amusant de voir combien le cinéma sud-coréen peut s'inspirer du cinéma japonais : Death Bell s'inspirait sans le cacher de Battle Royale et c'était plutôt raté, Masquerade reprenait les grandes lignes de Kagemusha, et Kim Jee-woon prépare un remake de Jin-rohHaunters, avec son pitch à la Death Note, avait beaucoup de potentiel. En gros, c'est l'histoire d'un type qui contrôle l'esprit des gens et qui se heurte à la résistance d'un type sans histoire mais sur qui son pouvoir n'a pas d'influence. C'est plutôt intéressant, et dans une ambiance sombre à la Kim Jee-woon ça pourrait donner un thriller fantastique de haute volée. Bon, déjà, premier point noir, celui qui interprète le télékinésiste est une tête à claques. Insupportable tout le long, il mérite que des baffes - et pour rappel, c'était pas le cas de Light Yagami. Là le mec on comprend à peine ses motivations (oh si, désolé, la scène du début... mais bon, ça fait pas un serial killer ça - et c'est même pas évoqué par la suite), et il tourne limite au ridicule tant le côté monstre complètement abusé est complètement kitsch : ce mec c'est le mal incarné, et ça coince là. Pas de dilemme moraux, pas de réflexion social comme c'était le cas dans Death Note.


Par contre en face on a le très très bon Ko Soo que je découvre tout juste et qui a un talent incroyable. Un charisme à la Lee Byung-hun, une réelle présence à l'écran... et c'est d'ailleurs ça qui sauve de loin le film. Il est très bon, on vibre pour lui, malgré les problèmes d'intrigues : car le scénario, même si c'est très loin d'être chiant, c'est même plutôt divertissant, on sait pas vraiment où ça va, ça part un peu dans tous les sens et c'est finalement très banal et très calibré, pas vraiment d'originalité à défaut qu'il y ait put avoir un peu de noirceur (puisqu'il y a une influence manga non dissimulée). Le petit truc amusant c'est la présence d'un acteur ghanéen et d'un acteur turque dans des rôles principaux qui parlent coréen, mais ça se limite à ça. En parlant d'eux, ça me ramène à une petite surprise scénaristique vers la fin mais ça remonte pas le reste.


Globalement Kim Min-suk dont c'est le premier film en tant que réalisateur sait à peu près tenir une caméra. Y a certains plans très beaux, c'est plutôt clair et en terme de mise en scène (à défaut que ça soit un peu moyen dans l'intrigue général), la scène finale sur le toit est vachement bien réussie. A part ça, plus grand chose à dire sur Haunters. C'est bien filmé, mais ça manque de noirceur, c'est très plat et prévisible, un méchant tout sauf charismatique et une touche de second degré qui sonne mal avec le scénario. Quelques moments de gloire, et au final un spectacle divertissant à défaut d'être mémorable. Et on se demande au final si ça va pas emmener vers un deuxième volet, tant le mythe du superhéros semble tout tracer. Mais je me perds dans des suppositions probablement ridicules...

0 commentaires:

Publier un commentaire