Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

lundi 7 octobre 2013

Akira (1988)


AKIRA (1988)
RÉALISÉ PAR KATSUHIRO ÔTOMO
AVEC MITSUO IWATA, NOZOMU SASAKI, MAMI KOYAMA

1988. En France, la japanimation se traîne une sale réputation depuis des années mais la donne commence à changer : le Club Dorothée va finalement avoir raison de ses détracteurs, les Ségolène Royal et autres Télérama, inventeurs, rappelons-le, du terme de "japoniaiserie", perdent enfin en crédibilité. Au Japon, depuis six ans, le manga Akira ne cesse de remporter un succès grandissant à chaque volume. Katsuhiro Ôtomo porte sur grand écran la première partie de son manga, se permettant au passage d'en faire un film qui se suffit à lui même, modifiant certaines intrigues, en supprimant certaines. A l'époque, le film de Ôtomo fut un véritable choc : au Japon évidemment, mais ce n'était rien comparé au monde occidental : pour beaucoup c'était la découverte d'une véritable liberté d'intrigue, de ton, de message - quelque chose d'unique et de véritable générationnel. Akira ouvrait les portes du film d'animation japonais sur le sol franaçis. Aujourd'hui, il est un classique du genre, un incontournable à la force sociale et à la profondeur à peine descriptible.


1945, le Japon est touché par deux bombes nucléaires américaines qui font près de deux cent cinquante mille morts, dont la quasi-totalité étaient des civils. Akira traite indirectement des conséquences de ce massacre, prenant place dans le futur, à la suite d'une guerre ayant fait des milliers de morts. Entre véritable allégorie de la bombe nucléaire à travers Akira, véritable critique de la toute-puissance américaine et cri désespéré de la condition japonaise de l'époque, une oeuvre d'une violence à peine mesurable et d'une force gigantesque.
Si le chara design a un peu vieilli, il dégage une sorte de nostalgie difficilement saisissable, contribuant à la "saleté" du film mais aussi à ses accents rétro absolument remarquables. Akira c'est beau à regarder, mais aussi magnifique à écouter : la qualité des doubleurs, mais aussi et surtout la bande-originale absolument magistrale du génie qu'est Tsutomu Ohashi - et il est certain que le film n'aurait pas été la même chose si la musique n'avait pas été là, soulignant d'autant plus ses moments de gloire, donnant au tout une grâce épique unique. Le tout rythmé sur l'histoire forte du manga d'Ôtomo.
Mais plus que sur ses indéniables qualités techniques, pour s'intéresser au succès d'Akira dans le monde occidental, il faut revenir au contexte de l'époque : la japanimation n'étaient pour beaucoup que ce qu'elle était présentée au Club Dorothée - censurée, biaisée, critiquée. L'arrivée d'Akira dans les salles françaises sera d'abord relativement discrète, malgré que le film ait rapidement regroupé un cercle d'admirateurs, mais c'est dans les années qui suivirent que le film obtiendra la gloire qu'on lui connaît : aucune censure, sur une oeuvre criante d'intelligence et porteur d'un message fort, mais aussi d'une violence comme peu en avait déjà vu dans un dessin-animé. C'était une libération, le pivot d'un genre qui participera à la création d'un véritable cercle d'admirateurs, et qui encore aujourd'hui inspire.


L'image de la moto rouge, de Neo-Tokyo, des métamorphoses de Tetsuo... tant de moments qui font figure de symboles cultes aujourd'hui, même si l'on a pas vu le film. Parce que plus encore d'avoir réalisé l'un des plus grands chef d'oeuvre de l'animation japonaise, Ôtomo a su en faire un objet de culte, jouant beaucoup avec la sensorialité du spectateur, à travers à la fois des scènes d'une rare beauté et des images qui marquent. Pour ceux qui ne l'auraient pas découvert au cinéma, il est évident que leur rêve est de pouvoir regarder un jour Akira dans une salle de cinéma, tant la majesté du final doit être à classer parmi les expériences les plus bouleversantes à vivre dans ces conditions.
Et pourtant, le film a ses détracteurs. A sa sortie, bien sur, notamment dans les rangs des habituels "casseurs" de la japanime, mais encore aujourd'hui, même chez des amateurs du genre, le film se prend encore des retours parfois négatifs, même si assez rares - mauvaise retranscription du manga (même si réalisée par son auteur lui même) ? Violence trop forte ? Il est certain que découvrir Akira aujourd'hui sans en connaître l'impact culturel peut s'avérer déroutant, malgré qu'il soit pourtant évident que le film procure des sensations uniques. Dans tous les cas, il est impossible de passer à côté d'une telle oeuvre, tant son tracé dans l'histoire du cinéma est aujourd'hui bien profond et peut s'octroyer sans peine le statut d'indispensable, voir de classique.


Probablement l'une des plus grandes révolutions dans le domaine de l'animation jamais réalisée, Akira est une expérience assez incroyable - maintes fois copié depuis, mais jamais égalé. Le film d'Ôtomo se vit comme si il était réel, on en ressort à la fois bouleversé et éveillé, Je suis Tetsuo, comme dirait l'autre, et on veut bien le croire. Sans aucune hésitation, Akira s'ajoute à la liste des trois ou quatre films que j'aimerai voir en salles un jour ou l'autre, tant le fait de le voir sur un petit écran me retourne complètement, et que j'ose à peine imaginer le choc qu'il pourrait être au cinéma. Un chef d'oeuvre comme on en fait pas des masses.

0 commentaires:

Publier un commentaire