Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mardi 1 octobre 2013

Tour du Monde #1 : Danemark - Ordet, de Carl Theodor Dreyer (1955)


Dans le cadre de mon Tour du Monde cinéma.

Un film de Carl Theodor Dreyer (1955)
Avec Henrik Malberg, Emil Hass Christensen, Preben Lerdoff Rye

DANEMARK
Il fallait bien que je commence ce Tour du Monde quelque part, et c'est pas pur hasard que j'ai choisi le Danemark. L'Europe, pas trop dépaysant, mais aussi un pays de cinéma souvent mésestimé. Mais avant de parler de son cinéma, je vais présenter ce pays : unifié à la fin du premier millénaire après JC, d'abord centre névralgique du "peuple viking" (difficile de parler de peuple, mais j'aime bien l'expression), c'est un pays qui connaîtra un moyen-âge assez mouvementé, et sera d'ailleurs l'un des pays les plus en avance au monde idéologiquement (le pays sera un modèle pour de nombreux "Lumières", dont Voltaire, pour ses idées très avantgardistes bien avant la Révolution Française) : voir le film A Royal Affair, sorti l'an dernier, qui présente cette période de l'histoire du Danemark d'une très belle façon. Le pays est toujours aujourd'hui une monarchie constitutionnelle. Il sera notamment occupé pendante toute la seconde guerre mondiale par les armées nazies, et il ne fait aucun doute que cette période, comme ce fut le cas en France, a eut un impact majeur sur la culture du pays. C'est l'un des pays avec l'IDH le plus élevé au monde, et sa population est d'un peu moins de six millions (au vu de sa petite taille, ça lui donne une densité de population très élevée. Sa capitale est Copenhague.

Comme je le disais, le cinéma danois se classe indéniablement comme l'un des plus en vue du monde, et ce depuis un bout de temps : mené pendant la première partie du XXème siècle par des figures de proue comme Benjamin Christensen (Häxan) ou Carl Theodor Dreyer (Ordet, La Passion de Jeanne d'Arc, Vampyr), il connaîtra une baisse de régime après la mort de ces cinéastes mais reviendra sur le devant de la scène dans les années 90, avec des noms aujourd'hui mythiques comme Lars Van Trier (Breaking the Waves, Melancholia, Dancer in the Dark) et Thomas Vintenberg (Festen, La Chasse), tous les deux créateurs du fameux Dogme95, mais aussi plus récemment Nicolas Winding Refn (Drive, Valhalla Rising, Pusher, Only God Forgives, Bronson), Bille August ou Susanne Bier. Il est aussi important de noter que le Danemark est aussi l'un des meilleurs créateurs de série au monde : Borgen, Forbrydelsen (The Killing), The Bridge ou encore Riget.

LE FILM
Tout ce que je savais de Ordet, c'était ce que Dreyer avait dit de son film qu'il fallait être croyant pour l'aborder. Je ne suis pas croyant. J'avais donc une légère appréhension : à quoi m'attendre ? Quelconque film religieux miséreux ? Un Sous le soleil de Satan danois de 1955 ? Ordet commence simplement : un type, dans une ferme, fils d'un ancien pasteur, qui se prend pour Jésus. Adapté d'une pièce de théâtre, le film de Dreyer se place rapidement comme "un film d'intérieur", un film de personnages, une famille croyante, mais où personne ne semble réellement croire en Dieu.


Ordet a quand même pris un sacré coup de vieux. L'histoire est passionnante dans ses choix, dans son approche novatrice de la Foi, d'une grande intelligence et brillamment menée, mais l'univers très théâtral, déjà pour l'époque, gêne rapidement. Mais bon, c'est non réellement dans ses partis pris techniques qu'il faut trouver un intérêt à Ordet, mais d'avantage dans ce à quoi Dreyer veut nous amener : on parle de mort, de prière, de spiritualité, de théologie, du rapport de l'homme à Dieu, de l'homme à la famille et de la famille à Dieu, mais surtout de Foi - dans tout ce qu'elle peut être, tant la Foi que l'on peut avoir en Dieu, mais aussi en la religion, en l'homme même, en l'avenir, la Foi dans ses convictions et dans ses croyances. Même en étant coupé de la religion, on ne peut qu'admirer une maîtrise assez majestueuse du bonhomme, qui en plus d'être une vision intéressante de la parousie, se définit de base comme un incontournable du genre.
Ordet traite de la religion comme personne ne l'a jamais fait - ou très peu - si bien qu'il devrait être un passage obligé pour tout personne croyante, car en plus de délivrer un réel message et une fresque de la Foi, le film de Dreyer est une expérience. Un film qui se vit réellement, en apparence inaccessible mais finalement étonnement universel.


Que dire de plus sur Ordet ? L'analyse pourrait certes durer des heures mais ce n'est pas le but de tout ceci. Il faut avoir Ordet, surtout si vous avez la Foi. Les réflexions du film, et l'intelligence avec laquelle elles sont abordés peuvent à la fois s'avérer comme un éveil ou comme révélation pour beaucoup - on parle ici de l'oeuvre d'un maître, d'un véritable génie du septième art dont le film, si il reste partiellement difficile à aborder, encore plus aujourd'hui, se définit comme l'un des plus grands films sur la religion jamais réalisé. Excellent. Belle façon de commencer ce Tour du Monde. Le genre de film où t'aimerai presque croire en Dieu pour l'apprécier complètement.

0 commentaires:

Publier un commentaire