Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

dimanche 6 octobre 2013

Hell on Wheels - Saison 3


SAISON 3 - AMC
Créée par Joe & Tony Gayton


Malgré leurs énormes défauts, les deux premières saisons de Hell on Wheels étaient fort plaisantes : le tout manquait parfois d'ampleur, mais la série parvenait à obtenir des moments de gloire, on pense notamment au fantastique final de la saison 2. Le problème de la fin de cette dite-saison 2, c'est qu'elle redistribuait complètement les cartes de la série, et on était à la fois inquiet et curieux de voir ce que le changement de showrunner allait pouvoir donné à la suite des événements.


Force est de constater que c'est raté. La série est certes toujours très belle à regarder (la réalisation de l'épisode 7 - de mémoire, je peux me tromper - était d'ailleurs absolument magnifique), à écouter (le choix de bande-original est toujours de très bon goût, même si trop peu fréquent finalement), Anson Mount crève toujours autant l'écran... mais ça manque complètement d'enjeux. La série ne sait plus où elle va, on passe la quasi-totalité de la saison à suivre des intrigues secondaires infernales, à peines reliées, avec en plus l'absence quasi-totale de fil rouge, l'absence du développement des personnages... ou carrément des développements faits dans les précédentes saisons qui ne sont pas réutilisés dans cette saison. La disparition saison précédente d'éléments importants du casting handicape clairement le récit, et bon nombre de personnages "nouveaux venus" se révèlent bien moins intéressants que ceux qu'ils remplacent.
On se retrouve avec une saison "fourre-tout" qui ne prend jamais d'ampleur dramatique à cause de l'absence d'enjeux : la série ne va nul part, ne cesse de tourner en rond, se casse le nez très souvent... si bien qu'à la fin du dernier acte, on se croirait à la fin de l'épisode 2 à se dire "Voilà de quoi va parler le reste de la saison" : il ne s'est rien passé, et je serais bien incapable de résumer cette saison. Vraiment. Ça a toujours été un peu le problème d'Hell on Wheels, même si la quête de vengeance servait de véritable démarche narrative pour les deux premières saisons, mais ici c'est plus marqué que jamais.


Après ce n'est pas non plus une catastrophe complète, mais on en est pas loin - narrativement j'entends bien. Le dernier épisode est d'ailleurs particulièrement réussi dans le genre et permet de voir l'affrontement entre les deux personnages emblématiques de la série, très réussi par ailleurs, et très bien interprété, ainsi que de nombreux petits rebondissements à côté de ça qui laisse entrevoir de bonnes choses pour l'avenir. Mais rien n'est moins sur, et il faudrait déjà que la saison 4 soit confirmée. Quoi qu'il en soit, même si la série de AMC n'arrête pas de décevoir, on a toujours envie de continuer à la suivre : c'est pas génial, mais c'est sympa, même si cette saison 3 est clairement très chiante trop souvent.

0 commentaires:

Publier un commentaire