Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mardi 29 octobre 2013

Tour du Monde #2 : Tchad - Daratt, de Mahamat Saleh Haroun (2006)


Dans le cadre de mon Tour du Monde cinéma.

Un film de Mahamat Saleh Haroun (2006)
Avec Ali Bacha Barkai, Youssouf Djoro, Aziza Hisseine
TCHAD
Après avoir traversé le Danemark accompagné d'un des plus grands cinéastes de l'histoire, mon Tour du Monde cinéma m'amène en Afrique, au Tchad. Le Tchad c'est loin d'être l'un des cinémas les plus développé de son continent comme le sont le Nigéria, le Sénégal et le Mali, mais reste du moins l'un des plus exportés notamment grâce à deux cinéastes : Issa Serge Coelo (Daresalam, DP75) et surtout Mahamat Saleh Haroun, dont un grand nombre de films ont été distribués en France et présenté à Cannes (Un homme qui crie, ou le récent Grigris). Même si le cinéma tchadien reste peu développé, le fait que le pays soit encore relativement dépendant de la France (son ancien colonisateur, jusqu'en 1960) fait que ses cinéastes sont globalement très bien distribués dans notre pays (la barrière de la langue est partiellement effacée, puisque le français est l'une des langues officielles).

Mais ne vous détrompez pas : le Tchad est l'un des pays les moins développé du monde. Selon l'IDH (Indicateur de Développement Humain), il serait le quatrième pays le moins développé de la planète devant le Congo, le Niger et le Mozambique. Pour résumer rapidement l'histoire du pays, il fut une colonie française jusqu'en 1960 (dont les frontières furent définies à l'arrache par les européens à sa colonisation, et dont le nom fut repris de celui du plus grand lac du pays). Après cela, le pays fut agité par de nombreux conflits internes (coups d'états, guerres civiles) dont la plupart furent soutenues par l'armée française. En 1990, Idriss Déby renverse Hissène Habré et dirige le pays depuis, avec l'appui de la France, qui le soutient face aux rebelles encouragés par le voisin soudanais dans la continuité du Darfour - même si la paix semble enfin avoir gagné le pays depuis quelques temps. Si le Tchad a pendant longtemps principalement vécu grâce à son coton et à ses bovins, il devient en 2003 exportateur de pétrole.

LE FILM
Mahamat Saleh Haroun est donc le grand cinéaste tchadien. Celui dont on parle beaucoup car il doit représenté près de l'intégralité de l'exportation cinéma de son pays. Le cinéaste quitte son pays en 1982 pour étudier le cinéma à Paris, et c'est en 1999 qu'il devient le premier réalisateur tchadien de l'histoire avec le documentaire Bye Bye Africa. Il réalisera plusieurs films depuis, dont les plus notables sont Daratt (2006) présenté au Festival de Venise, et Un homme qui crie (lauréat du Prix du Jury à Cannes en 2010), et Grigris (présenté à Cannes en 2013 - et qui était plutôt raté). Si son cinéma n'a jamais reçu un succès critique ou public, Daratt est de très loin celui qui réunit le plus les spectateurs, unis concernant le fait qu'il s'agit du meilleur film de Haroun.


Les moyens du film étant assez limités, il est évident que Daratt prend souvent des aspects presque "amateuriste". On lui pardonnera donc une caméra un peu trop fixe, des plans un peu trop longs, qui donnent un certain style au film, mais le rende par la même occasion un peu ennuyant par moments. Il en est de même pour le scénario, en soit relativement simple (un grand-père qui charge son petit-fils de venger le père de celui-ci en retrouvant son assassin, mais le garçon trouve dans le bourreau de son père l'image du père qu'il n'a jamais eu) mais qui trouve surtout son intérêt dans la peinture d'un pays blessé par la guerre qui le ravage depuis un demi-siècle, la construction de personnages par le silence qui ponctue le film.
Daratt est un cri de douleur, sensitivement malheureusement un peu vain et techniquement un peu trop plat, mais qui a manifestement énormément de choses à dire. Les interprètes surjouent un peu, mais ils ont tous une tête sympathique et on finit par oublier les défauts du film d'Haroun pour être hypnotisé par l'engagement de l'oeuvre.


Le cinéma venu d'Afrique nous a donné de meilleurs produits que ce Daratt, intéressant mais pas inoubliable malheureusement. Car si le propos du film est plutôt bien pensé, les moyens trop limités du film et ses aspects plutôt ennuyeux assez récurrents font que, comme d'habitude, le cinéma d'Haroun reste un peu repoussant. Peut-être pas la meilleure des portes pour découvrir le cinéma africain, mais cependant une oeuvre qui peint la situation sociale du Tchad d'une brillante façon.

0 commentaires:

Publier un commentaire