Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mardi 28 février 2012

Arrietty - Le Petit monde des chapardeurs


Réalisé par Hiromasa Yonebayashi
Avec Mirai Shida, Ryunosuke Kamiki, Kirin Kiki
Film d'animation japonais (2010)



Résumé:
Dans la banlieue de Tokyo, sous le plancher d’une vieille maison perdue au cœur d’un immense jardin, la minuscule Arrietty vit en secret avec sa famille. Ce sont des Chapardeurs.
Arrietty connaît les règles : on n’emprunte que ce dont on a besoin, en tellement petite quantité que les habitants de la maison ne s’en aperçoivent pas. Plus important encore, on se méfie du chat, des rats, et interdiction absolue d’être vus par les humains sous peine d’être obligés de déménager et de perdre cet univers miniature fascinant fait d’objets détournés.
Arrietty sait tout cela. Pourtant, lorsqu’un jeune garçon, Sho, arrive à la maison pour se reposer avant une grave opération, elle sent que tout sera différent. Entre la jeune fille et celui qu’elle voit comme un géant, commence une aventure et une amitié que personne ne pourra oublier…
Arrietty - Le Petit monde des chapardeurs a été globalement cassé par les amateurs du studios : qualifié de "mineur" et de "sans histoire", je pousse mon coup de gueule car je ne suis pas d'accord! Mais vous savez comme moi que les goûts et les couleurs... Pour beaucoup de francophones (et pas que), les studios Ghibli (Chihiro, Princesse Mononoké pour ne citer qu'eux) c'est seulement Hayao Miyazaki et à la rigueur Takahata pour les puristes. Ce qu'on oublie c'est que le premier veut arrêter de faire des films et le second a 76 ans (bon, Miyazaki en a 71 mais passons). Voulant trouver une relève, on a eut droit à deux films du "fils à papa", Goro Miyazaki : l'excellent (en tout cas selon moi, puisque la plupart le considère comme la pire production Ghibli) Terremer et La Colline aux coquelicots que je vais voir jeudi. Sorti il y a un an tout juste en France, le premier film de Yonebayashi s'inspire des romans occidentaux Les Chapardeurs déjà adapté par nos amis les rosbeef avec Jim Broadbent à la fin des années 90 sous la forme d'un téléfilm.


Mais qu'est-ce que les réfractaires ont put trouver de mal à une telle merveille ? Alors certes, ça n'a entre rien et rien avoir avec ce que la production a déjà donné précédemment, mais merde quoi ! On ne peut imiter Miyazaki donc on ne limite pas, alors ne vous plaignez pas qu'on fasse quelque chose de différent pour une fois. Je dois dire qu'Arrietty m'a vraiment surpris. Avec tout le mal (relatif) que j'avais entendu dessus je m'attendais à rien de plus qu'un à la morale écolo-embêtante sans grande envergure. Mais non.
On sent tout de suite l'amour de Miyazaki et compagnie (ce n'est pas lui le réalisateur pour une fois) pour notre civilisation occidentale et principalement pour le coup pour les contes celtiques. Et ouah! Une véritable maîtrise tant au niveau de l'émotion que de l'émerveillement, mais aussi une maîtrise graphique car c'est surement ce que Ghibli a fait de mieux au niveau du visuel à ce jour.
J'ai été véritablement transporté par une histoire à forte à priori fort simple mais au final pleine d’enchantements. Pas de créature hors du commun, pas de dragons, mais juste des petits hommes, l'action du film se déroulant intégralement dans un jardin (ce n'est pas sans rappeler Mon Voisin Totoro). Car oui, j'ai adoré Arrietty. Et sans avoir honte, je le qualifie déjà comme l'une des plus grande réussite du studio, car si ce n'est ni la plus épique, ni la plus originale de leurs productions, je serais tenté de dire que c'est surement la plus belle et la plus aboutie.


Entre de véritables trouvailles graphiques, Arrietty développe une histoire simple mais si envoûtante et magique qu'on en oublie les (rares) défauts du film. Alors, je pense que vous l'aurez deviné même si je tourne autour du pot depuis quelques lignes mais OUI, Arrietty est ma production Ghibli favorite avec Chihiro. J'ai été littéralement transporté comme je l'ai rarement été par l'un de leurs films, et c'est dire si je l'ai été souvent. Sans oublier la bande-originale très réussie que la bretonne Cécile Corbel a composé pour le film, qui ajoute un véritable atout à un ce que j'ose appeler un véritable chef d'oeuvre de l'animation. Merci à Ghibli de me faire rêver et voyager de plus en plus à chacun de leurs films.

0 commentaires:

Publier un commentaire