Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

samedi 18 février 2012

Les Contes de Terremer


Réalisé par Goro Miyazaki
Avec les voix de Junichi Okada, Aoi Teshima, Yuko Tanaka
Film d'animation japonais (2007)

Résumé :
Les aventures du jeune Arren, prince du royaume d'Enlad, qui va s'allier aux forces du grand magicien Epervier, pour rétablir l'équilibre du monde rompu par une sorcière maléfique. Dans le combat qui s'annonce, Arren et Epervier croiseront la route de Therru, une mystérieuse jeune fille. Ensemble, ils dépasseront leurs peurs et uniront leurs destins pour mener le plus fascinant des voyages.

~-~-~-~-~-~

Le cinéma d'animation japonais, et plus particulièrement les studios Ghibli, ont toujours été pour moi une source d'évasion. Le Voyage de Chihiro, Princesse Mononoké, des films du géant Hayao Miyazaki, qui ont sut marquer à jamais mon histoire de cinéphile. Mais d'après ce que j'ai put en savoir, l'adaptation de Le Guin par son fils a beaucoup divisé, jusqu'à l'auteur elle même. Mais je décide enfin à me lancer dans ce film dont l'histoire, en plus des images, m'attirait de plus en plus.



Si reste assez évidente la raison pour laquelle le film divise autant (univers étrange, peu fidèle aux romans...), je ne vais pas mentir : j'ai adoré. C'est le premier Ghibli depuis un moment qui me fait ressentir autant de choses; un univers envoûtant, magnificié par un "fils de" qui s'en sort très bien, le tout sous une histoire commençant en road movie magique pour un final à la fois magistral et fort en sens.
Le conte initiaque est ici mené avec originalité - dans le sens où pour un récit fantastique, il n'y a aucune référence à Tolkien : sur ce coup, j'aime beaucoup ce genre de récits, même si ils sont pour la plupart vraiment banaux - mais ici ont atteint à mon sens l'apogée du genre, car il reste, tout en restant moralisateur, aussi poétique et épique qu'il est censé l'être.


Dans le sens où aucun film d'animation ne m'avait autant transporté depuis bien deux ans (et les successifs géniaux Fantastic Mr. Fox, Dragons et Toy Story 3 - bien qu'on ait eut depuis d'excellents Rango, Tintin et Ga'Hoole), et que j'ai fait un bon mémorable en enfance et dans un univers imaginaire qui m'a fait rêvé, je peux dire avec la plus ferme sincérité que Les Contes de Terremer rejoint le cercle très fermé de mes films d'animation favoris. Je prendrais un immense plaisir à le revoir, car même si il est loin d'être exempt de défauts, Miyazaki Jr. a réussi à me faire voyager autant que son père dans son univers. A défaut d'être un chef d'oeuvre technique, il en est un émotionnel.


0 commentaires:

Publier un commentaire