Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

dimanche 26 février 2012

Mary et Max

Réalisé par Adam Elliot
Avec Philip Seymour Hoffman, Toni Collette, Eric Bana
Film d'animation australien (2009)

Sur plus de vingt ans et d'un continent à l'autre, Mary et Max raconte l'histoire d'une relation épistolaire entre deux personnes très différentes : Mary Dinkle, une fillette de 8 ans joufflue et solitaire, vivant dans la banlieue de Melbourne, en Australie, et Max Horowitz, un juif obèse de 44 ans, atteint du syndrome d'Asperger et habitant dans la jungle urbaine de New York.

Je dois dire que malgré tout le bien qu'on m'avait dit de Mary et Max, je n'avais jamais eut le courage de le regarder. Et là, après son visionnage, j'ai ressenti... vous savez la sensation "Mais bordel pourquoi je l'ai pas regardé avant!". Oui parce que si on retient quelque chose de Mary et Max c'est bien que c'est l'un des meilleurs films d'animation jamais réalisé : entre son histoire touchante, drôle et dramatique à la fois, et sa réalisation des plus réussie et des plus intelligentes, on ne saurait quoi complimenter tellement le film nous laisse une sensation énorme au final.
Mary et Max conte la correspondante entre une petite australienne rejetée et un autiste new-yorkais à la quarantaine. Adapté d'une histoire similaire du réalisateur Adam Elliot lui même, on ne peut que s'attacher dès les premières secondes tant leur présentation Amélie Poulain like fait beaucoup de choses.


On est vite touché par l'humour très second degré, et parfois même un peu caché si bien qu'il faut vraiment s'attacher à des détails pas forcément choquant (Je pense notamment aux objectifs de Max inscrit sur sa feuille, on voit Avoir un ami (non invisible) alors qu'il ne le dit pas lorsqu'il la lit. Le genre de détails auquel on ne fait pas forcément attention.). Mais aussi et surtout, malgré le fait que ça soit de l'animation, c'est pas le genre de film qu'on montre aux enfants. Ça reste très noir, très adulte et bourré de références assez complexe, ainsi que d'une psychologie des personnages introuvable ailleurs.
Et puis l'émotion, car Mary et Max n'est jamais gnian-gnian et reste toujours d'un réalisme des plus réussi : on parle de la dépendance, de la mort, de la pauvreté, de la maladie mentale... sans aucune pudeur mais avec un humour des plus réussi. On rigole, on pleure (j'ai pleuré et je ne le cache pas) et on est pris dedans.


Puis parlons de la réalisation, montrant une Australie "lumineuse" et un New York "sombre", avec un jeu des couleurs plus que parfait, un sens du détail qu'on ne voit nul part ailleurs... Car oui, c'est au moins aussi bien réussi que l'intelligence du film.

Mary et Max est sans conteste ce qu'on peut appeler un chef d'oeuvre de l'animation. Car j'ai rarement vu une perle aussi rare, comparable à rien, très drôle, très touchant, intelligent. Bref, si vous ne l'avez pas vu, procurez-vous le car c'est le genre de film qui le mérite. Parfait.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire