Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

dimanche 29 avril 2012

8 mm

Réalisé par Joel Schumacher
Avec Nicolas Cage, Joaquin Phoenix, James Gandolfini
Film policier américain (1999)

Résumé :
"Privé" à Harrisburg, Pennsylvanie, Tom Welles mène une vie banale avec sa femme Amy et leur petite fille. Entre deux filatures pour adultère, il rêve de l'affaire exceptionnelle qui fera de lui un grand parmi les grands. Lorsqu'une richissime veuve lui demande d'enquêter sur le film 8 mm qu'elle a découvert dans le coffre de son défunt mari, Tom bascule dans un univers dont il ne soupçonnait pas l'existence. Les sévices et le meurtre de la jeune inconnue filmés sur la bobine sont-ils seulement une perverse mise en scène ou bien une terrifiante réalité ?

Y a des films qui me font douter de ma propre santé mentale : est-ce que je serais pas un peu concon sur les bords pour aimer des films de merde ? Oui parce que 8 mm a été presque unanimement détruit par la critique jusqu'à obtenir avec le temps une certaine reconnaissance par certains critiques malgré qu'il soit tombé dans l'oubli le plus total à moins de feuilleter par hasard la filmographie de Joel Schumacher ou de s'intéresser au début de la fin de Nicolas Cage. Je pense que le casse critique autour doit être sans doute du à la présence de Joel Schumacher à la réalisation : car depuis qu'il a réalisé Batman et Robin et dans une moindre mesure, Batman Forever (que je trouve tout de même regardable), il semble que tous ses films, même les bons, soit détruits par la critique. Phone Game en est l'exemple le plus parlant, ou encore Chute Libre. Mais passons, puisque j'ai découvert 8 mm hier - par peur de découvrir un navet, j'avais gardé sous la main mon DVD des Incorruptibles que j'avais envie de revoir, mais là n'est pas la question.


Déjà, il est clair qu'avant d'aborder 8 mm, on ne s'attend pas le moins du monde à ça : un film sur le snuff movie, sur la pornographie et le viol, le tout traité avec une élégance et un style crade et malsaine qui démontrent un véritable talent de la part de Schumacher, puisque si y a bien quelque chose à retirer de 8 mm c'est bien la mise en scène qui est incroyablement réussie. Vraiment. Ensuite - et c'est là le problème - c'est qu'après une heure quinze parfaitement réussie, le film perd subitement de l'intérêt et détourne encore une fois de ce à quoi on s'attendait. La première partie est largement plus réussie que la seconde - à l'image du Nombre 23 mais c'est pas vraiment la même chose car la seconde partie du Nombre 23 était véritablement merdique, contrairement à celle de 8 mm qui est moins bonne sans être mauvaise à ce point.
On note déjà un certain charisme de tout le casting. Nicolas Cage surjoue un peu, mais depuis dix/douze ans il fait plus que ça donc on est pas trop choqué, Joaquin Phoenix est absolument parfait, Peter Stormare est terrifiant. Mais revenons un peu à la mise en scène : l'ambiance, parfaitement installée, parvient à déranger à coups de glauquerie et surtout parce que 8 mm est l'un de ces rares films à oser s'amuser avec un sujet tabou : la pornographie. Et Schumacher le fait sans pudeur et avec une certaine classe, certaines scènes subjuguent même. Pour la seconde partie, comme dit plus haut moins bonne - ça constitue en gros les quarante cinq dernières minutes - je retiendrai une scène en particulier : la scène finale avec Machine. Stressante, notamment quand Nicolas Cage passe d'une pièce à l'autre avec ce bruit de tourne-disque. Un maestro de mise en scène.


8 mm constitue au final le meilleur film de Schumacher que j'ai vu - et je ne les ai pas tous vus. Trop critiqué, le réalisateur s'en sort avec brio - et même si le film parviendra à choquer les âmes les plus sensibles, il est pour moi évident que 8 mm constituera désormais l'une de mes références du Thriller, car même si c'est loin d'être parfait, c'est le fils spirituel de Seven (même si le Fincher est lui, un chef d'oeuvre) : glauque, sale, méchant, bien foutu et à la mise en scène parfaitement soigné. Un très bon film à découvrir si vous ne l'avez pas encore fait - et c'est rare que je conseille des films comme ça.


0 commentaires:

Publier un commentaire