Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

dimanche 15 avril 2012

Battleship

Réalisé par Peter Berg
Avec Taylor Kitsch, Rihanna, Liam Neeson
Film d'action américain (2012)


Résumé :
Océan Pacifique… Au large d’Hawaï, l’US Navy déploie toute sa puissance. Mais bientôt, une forme étrange et menaçante émerge à la surface des eaux, suivie par des dizaines d’autres dotées d’une puissance de destruction inimaginable.
Qui sont-ils ? Que faisaient-ils, cachés depuis si longtemps au fond de l’océan ? 
A bord de l’USS John Paul Jones, le jeune officier Hopper, l’Amiral Shane, le sous-officier Raikes vont découvrir que l’océan n’est pas toujours aussi pacifique qu’il y paraît. 
La bataille pour sauver notre planète débute en mer.

Si on peut noter une influence dans Battleship, c'est sans aucun doute celle de Michael Bay, dont de multiples références et similitudes avec sa filmographie (notamment Armageddon et la trilogie Transformers) sont à noter plusieurs fois. Beaucoup diront que ça doit être encore pire que ce qu'a fait le passionné de boum/bang/pan, et bien non. Car si Battleship n'échappe qu'à très peu de cliché, il se révèle plus original et mieux dosé que la plupart des productions de Bay. Explications.


La première demi-heure, longue et consistant à des scènes plus inutiles ou clichées les unes que les autres faisant inévitablement penser à celles du même type présentes dans le Armageddon de Michael Bay : un match de foot totalement inutile, une scène sur les bujitos mal filmée et pas drôle... Bref c'est mal parti. Mais bizarrement, la scène de la rencontre du troisième type reste très bien filmée, épique avec une bande-originale de ouf signée Jablonsky qui est décidément un génie, avec des FX tout simplement parfaits. Bref, ça boum boum, mais ça décoiffe, et là on reconnait l'influence de Bay qui malgré ses scénarios totalement vides de tout, arrive à faire des scènes d'actions hors du commun.
Ensuite ça continue dans le même style, alternant des scènes inutiles (toute cette histoire avec la meuf de Taylor Kitsch est juste trop chiante, ou encore le geek qui dirige les radars, ou les chinois qui se font dégommer comme au 11/09 par les E.T.) avec des scènes d'actions décoiffantes. Taylor Kitsch, lui, s'en sort plutôt bien, délivrant un jeu qui, sans être exceptionnel, soutien avec brio le film avec un petit air à la Tom Cruise dans Top Gun ou encore Jours de tonnerre, surtout quand il porte ses lunettes de soleil j'ai crut voir réellement le père Cruise.


Mais vous me direz : en quoi Battleship délivre une quelconque originalité par rapport aux autres productions du même genre ? Sur des détails. La présence de chinois ayant un rôle important dans l'affaire, des scènes presque inattendue (la mort du frère...), le fait que le tout soit un combat naval (normal pour une adaptation de Bataille Navale, mais le concept en lui même est original) et tout ce petit côté second degré tout le long, à peine perceptible mais vraiment sympa quand on y prête attention.
Mais attention, en aucun cas je ne considère Battleship comme un grand film. C'est un blockbuster pas mauvais, mais dans la droite lignée de ce qu'on nous serre dans le genre depuis quinze ans. Du déjà-vu, du remué, du pas crédible, du stéréotypé... mais surtout du fun. On prend indéniablement son pied devant la nouvelle production Hasbro, qui après les mitigés Transformers (mention spéciale pour le 3) ou le divertissant G.I. Joe se révèle les nouveaux maîtres du box-office.

0 commentaires:

Publier un commentaire