Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

dimanche 29 avril 2012

The Human Centipede (First Sequence)

Réalisé par Tom Six
Avec Dieter Laser, Ashley C. Williams, Akihiro Kitamura
Film d'horreur néerlandais (2009)


Résumé :
Une nuit, deux jeunes américaines en voyage à travers l’Europe, tombent en panne en plein milieu d’une forêt. Par chance, elles découvrent une maison dans laquelle vit un ancien chirurgien allemand, le docteur Heiter. Ravies d’y trouver refuge, elles sont alors loin d’imaginer qu’elles vont devenir les cobayes d’une expérience chirurgicale inédite : le médecin entend en effet créer un mille-pattes humain en les reliant entre elles par un seul et même tube digestif.

« Alors José j'ai une idée : on va foutre un chirurgien fou qui a un bureau en pleine forêt et qui kidnappe des gens pour en faire un mille patte humain avec un seul tube digestif et ça parce qu'il aime pas les hommes ! Et puis y aura deux meufs et un chinois, et le chinois on le foutra devant (le seul qui peut causer) pour que tout le monde comprenne rien à ce qu'il dit pendant tout le film ! » Oui, effectivement, le scénario totalement délirant de The Human Centipede (on peut ajouter le First Sequence pour les intimes - il y a effectivement une suite qui est sortie l'an dernier et un trois qui sortira dans un an) peut prêt à sourire. C'est d'ailleurs ça qui m'a donné l'envie de voir, en train de feuilleter Mad Movies quand je tombe sur ça dans les sorties DVD : mon coeur n'a fait qu'un seul bon - je veux voir ce truc.


The Human Centipede c'est le délire d'un hollandais du nom de Tom Six - qui prouve une fois de plus qu'aux Pays-Bas, on ne bois pas que de l'eau et on ne fume pas que de la moquette - jusqu'alors parfait inconnu, The Human Centipede est donc son premier essai. Bien sur, il est évident qu'entre le tout qui flirte presque avec l'horreur-porn (A Serbian Film n'a pas à s'inquiéter : ça reste très très soft) et parfois du gore psychologique malsain, on a jamais affaire avec un successeur du génial La Piel Que Habito sorti l'an dernier dont le scénario - ça reste flou - peut rappeler le film de Tom Six. Mais alors en quoi The Human Centipede reste t-il malgré tout une globale réussite ? C'est très simple : ça se joue sur un jeu de l'ambiance - comme dit plus haut - très malsaine, dérangeante, et je dois dire que c'est rare qu'un film me retourne le coeur à ce point. Car on y croit, Tom Six parvient réellement à rendre à son récit loufoque une crédibilité qui dérange. Et puis y a quelques scènes absolument géniales dans leur construction : celle où le chirurgien expose l'opération à ses trois patients. Tom Six parvient avec ce procédé à montrer à quoi doit s'attendre le spectateur. Le tout avec le jeu de l'excellent Dieter Laser, et on a affaire à une véritable grande scène malheureusement gâchée par un script qui au final n'égale pas l'ambition du film : être original.


Bref, The Human Centipede reste une Série B d'horreur : donc ça plaira qu'aux fans du genre ou aux esprits malsains. Les autres, seront à tel point dégoûtés qu'ils trouveront ça à chier et éteindront la télé ou la fenêtre passé vingt minutes. Le film de Tom Six ne révolutionne rien, se contente d'être un spectacle horrible et plutôt bien mené, un passage intéressant sur le marché du direct-to-dvd. Si il y a des imperfections dues au sujet, on a quand même affaire à un beau petit coup de mise en scène qui installe très bien une ambiance dérangeante - et on gardera aussi en tête le visage terrifiant de Dieter Laser, véritablement la grosse surprise du film. On est choqué sur le moment mais on oublie assez vite le traumatisme. Pas mauvais mais pas génial non plus.

0 commentaires:

Publier un commentaire