Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

vendredi 6 avril 2012

[REC]³ Génesis

Réalisé par Paco Plaza
Avec Leticia Dolera, Diego Martín, Ismael Martínez
Film d'horreur espagnol (2012)


Résumé :
C'est le plus beau jour de leur vie : Koldo et Clara se marient !
Entourés de leur famille et de tous leurs amis, ils célèbrent l'événement dans une somptueuse propriété à la campagne. Mais tandis que la soirée bat son plein, certains invités commencent à montrer les signes d'une étrange maladie.
En quelques instants, une terrifiante vague de violence s'abat sur la fête et le rêve vire au cauchemar...
Séparés au milieu de ce chaos, les mariés se lancent alors, au péril de leur vie, dans une quête désespérée pour se retrouver...

Alors que les deux premiers épisodes de Rec se révélaient très vite navrants et chiants, voilà que sort un troisième volet de la saga de zombies espagnols la plus célèbre du moment (et la seule ?). Remontant apparemment  aux origines du virus (en faites c'est assez vague, on s'est pas vraiment quand ça se passe cette affaire là), Rec 3 n'a finalement rien à voir avec les deux premiers volets. Quoi ? C'est à dire ? Et bien c'est très simple : là où les deux premiers volets étaient des films sérieux en caméra à l'épaule pour cacher la misère, le troisième volet a toujours le même budget, mais utilise une caméra omnisciente qui utilise le rire pour cacher la misère. Vous avez dit le rire ?


Hé bah ouais. Après avoir goûté au mitigé Marsupilami de notre Chabat national, l'envie me prend d'aller voir un second film. Je n'avais pas aimé les deux premiers, mais l'envie me prend d'aller voir Rec 3. Mais merde ! Impressionnante a été la surprise quand je me suis retrouvé devant plus qu'un nouveau départ : c'est véritablement un coup de génie ce changement de cap. Les deux premiers s’essoufflaient déjà dès les premières secondes, mais ce troisième volet prend un revirement inattendu et intelligent. Plus qu'une très bonne idée, c'est aussi le nouveau départ d'une saga. Alors certes, les fans crieront au scandale, à la trahison au mieux, au boycottage dans le pire des cas, et d'autres me diront : Où tu vois une saga ? Ils ont juste vaguement repris le principe mais ça n'a finalement rien à voir... Moi je veux juste dire que ce n'est pas réellement une suite dans le sens où on l'entend, car Genesis a tous les traits d'une préquelle.


Car il reste évident aussi que Rec 3 n'a quasiment aucun budget. Le truc c'est que Paco Plaza a choisis de cacher ce hic en faisant du bis assumé : ça part en n'importe quoi, et que j'te prenne une tronçonneuse, et que les zombies font des visages pervers... Oui, si vous êtes avec des potes, vous allez délirer, rire, et passer un super moment qui sera peut-être gâché par un film qui met dix minutes/un quart d'heure à démarrer (et ce passage est en caméra subjective) mais qui sert finalement plus qu'on le croit par la suite.
En plus d'être vraiment fun, ce troisième volet reste globalement futé sur son principe et avec des répliques qui font mouche. Les acteurs - notamment l'actrice principale, Leticia Dolera - sont plutôt bons dans l'ensemble.

Il est clair que les fans ne s'y retrouveront pas. Les autres, les amateurs de bis surtout, aimeront. Car Rec 3 promet du bon pour l'avenir de la saga Rec qui vient subitement de faire un bond démentiel dans mon estime. Sans être exempts de défauts (le budget est inexistant, et avec le recul c'est de la Serie B marrante), Rec 3 est un pur moment de délire, bien meilleur et plus drôle que Zombieland.


0 commentaires:

Publier un commentaire