Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

samedi 7 avril 2012

Sur la Piste du Marsupilami

Réalisé par Alain Chabat
Avec Jamel Debbouze, Alain Chabat, Fred Testot
Comédie française (2012)

Résumé :Quand Dan Geraldo, reporter en quête de scoop, arrive en Palombie, il ne se doute pas qu’il va faire la plus incroyable des découvertes… Avec Pablito, guide local plein de ressources, ils vont aller de surprise en surprise au cours d’une aventure trépidante et surtout révéler une nouvelle extraordinaire : Le Marsupilami, animal mythique et facétieux, existe vraiment !

Il y a dix ans (je suis le plus surpris d'entre vous de cette longueur! une décennie, quand même), Alain Chabat donnait sa touche et son humour décalé à Astérix avec Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre. Grand succès populaire et même critique, il peut-être tout à fait considéré aujourd'hui comme rentré dans la culture populaire, avec ses répliques, scènes et autres absolument cultes. Alors quand Chabat décide de se remettre à l'adaptation de bande-dessiné, on est dans la salle, simplement pour voir ce qu'il a put faire du Marsupilami, animal enfantin de la BD culte de Franquin.


Si on regrettera le manque de Chabat's touch (humour décalé parfois sale et lourd mais qui fait rire non-stop durant tout ses films), on ne peut qu'admirer le travail d'adaptation de la BD, qui est ici traitée avec un respect rare. C'était d'ailleurs un univers très incompatible avec Chabat, qui a surement dut remplacer son humour par celui, plus enfantin, du Marsupilami de Franquin.
Alors c'est évident que les gosses s'y retrouveront plus que les adultes (certains étaient d'ailleurs morts de rire dans la salle), pour les plus âgés, comme moi, ce ne sera de l'hilarité que durant trois/quatre scènes et avec à peine plus de répliques pour le spectateur lambda, plus les références (Batman, Retour vers le Futur, Rrrrr, Le Silence des Agneaux) plutôt bien amenées et réparties qui feront rire les connaisseurs.
Mais après, peut-on considérer le Marsupilami comme la meilleure comédie française depuis des années comme l'ont décris certains médias ? Il est clair que non, car même si le nouveau Chabat semble renouer avec cette comédie populaire d'il y a dix ans (magique, destinée à tous les publics) avec des têtes d'affiche très agréable, il manque au Marsupilami clairement ce qui avait réussi à Mission Cléopâtre : du rire non-stop. Car même si on est littéralement écroulé, tordu en deux pour certaines scènes (Lambert Wilson, le chien, les fausses pubs) ou répliques (la métaphore, la prophétie), le film prend littéralement une plombe à démarrer et en agacera beaucoup à cause d'un gnian-gnian cul-cul intensif, surtout en fin de film.


Si vous êtes parent, vos enfants adoreront, et vous, vous trouverez ça divertissant. Mais Sur la piste du Marsupilami ne va pas au bout : si on reconnait le talent propre à Chabat, on regrette aussi des acteurs inutiles (Nakache, les gamins de Debbouze) et des scènes dispensables (certaines scènes durant les cinq dernières minutes notamment). La grosse révélation de ce film, c'est un Lambert Wilson dans un rôle où on ne l'attendait pas, qui livre ici l'une de ses plus grandes performances.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire