Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

samedi 10 novembre 2012

Amour

Réalisé par Michael Haneke
Avec Jean-Louis Trintignant, Emmanuelle Riva, Isabelle Huppert
Film dramatique franco-autrichien (2012)


Résumé :

Georges et Anne sont octogénaires, ce sont des gens cultivés, professeurs de musique à la retraite. Leur fille, également musicienne, vit à l’étranger avec sa famille. Un jour, Anne est victime d’une petite attaque cérébrale. Lorsqu’elle sort de l’hôpital et revient chez elle, elle est paralysée d’un côté. L’amour qui unit ce vieux couple va être mis à rude épreuve.

Les deux derniers films de Michael Haneke ont été deux Palmes d’Or à Cannes. Coup de chance ou réel talent ? Si personne n’avait réellement discuté la victoire du Ruban blanc il y a trois ans, quelques voix se sont élevées contre Amour, pas du côté de la presse mais de celui des spectateurs - jugé trop lent par certains, sans fond par d’autres - oui ce sont ces mêmes spectateurs qui avaient qualifié Cosmopolis de navet sans fond. Mais passons au léchage de cul de Monsieur Haneke qui, il faut l’avouer, mérite dans mon cœur sa Palme d’Or.


Je dois dire que j’avais un peu peur de m’embêter - j’avais du mal il y a encore une année avec les films d’auteurs, et j’ai toujours cette petite angoisse de me retrouver devant deux heures de rien où tu regardes ta montre toutes les cinq minutes, finissant par perdre le fil , avec ces plans fixes de dix minutes. Mais Amour n’est rien de tout ça, car même si le film d’Haneke est clairement un film d’auteur - et bien plus personnel qu’on ne pourrait le croire, l’auteurisme du film se limite au fait qu’il ne soit pas adapté à n’importe quel public (pour savoir auquel il n’est pas approprié, allez sur un site spécialisé et regardez les critiques les plus négatives (à l’orthographe et à l’argumentation vous comprendrez vite pourquoi ces personnes n’ont pas aimé - bon je suis méchant).
L’interprétation fantastique des deux acteurs principaux (Trintignant et Riva) aide beaucoup au film - notamment dans la deuxième heure. Le film sonne toujours vrai, et si on est un peu distant de tout ça au début, on finit par être embarqué et la fin est insoutenable. Si il manque ce petit truc qui aurait fait d’Amour un chef d’œuvre, ce n’est pas grand-chose puisque le nouveau Haneke se révèle prenant, touchant et dérangeant, proposant une leçon de vie décapante.
Si Haneke ne réalise là non plus pas son meilleur film, il est à noter que Amour est à classer parmi ses plus grandes réussites - comme à son habitude, rien n’est jamais gnian-gnian sur un sujet qui l’aurait permis, tout est dans la durée de scènes qui s’étirent jusqu’à déranger. Si tout ça est moins figuratif que dans Funny Games, c’est néanmoins très présent, et le final, tout en style, clôt le tout de façon splendide.


Alors il est clair que beaucoup vont se faire chier devant Amour - ce qui n’entreront pas dans le film, ou ne s’y intéresseront pas. Car il est clair qu’on ne vas pas voir la Palme d’Or 2012 pour se détendre. Le tout est une ode littérale à la vie, et bien plus que ça - vous vous surprendrez à rester jusqu’à la fin du générique muet tellement ce que vous venez de voir vous torture. Parfait dans le fond, et Magnifique sur la forme. Incroyable.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire