Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

lundi 5 novembre 2012

Breaking Bad - Saison 1

SAISON 1 - AMC
Créé par Vince Gilligan

Si Breaking Bad est loin d’être techniquement parfait (entendons au niveau de la mise en scène – en comparaison d’une série HBO par exemple, d’une certaine façon le cas de Breaking Bad se rapproche de celui de Mad Men, aussi une série AMC), on y trouve pourtant l’une des séries les plus ambitieuses et les plus réussies de ces dix dernières années – notamment sur deux plans, celui du scénario – grandiose – et celui des performances d’acteurs absolument remarquables, notamment le duo « de tête » en la personne de Bryan Cranston et de Aaron Paul (qui se remet en ce moment de son Emmy Award). Si certains seconds rôles peuvent paraître inégales (notamment le casting féminin qui, surtout dans cette première saison, est absolument insupportable), on est en droit de ployer le genou devant le monument d’AMC, qui si il a des pertes de rythme (pas nécessairement dans la première saison – très bien dosée de ce côté-là, surtout due à sa courte durée de sept épisodes seulement), surpasse la plupart de ses concurrents dans ce domaine.


Revenons au casting : Bryan Cranston tout d’abord, impeccable en tout point, autant quand il s’agit de faire rire (cette première saison gardant un certain second degré malgré la gravité du sujet – drogue, cancer, violence gratuite) que quand il s’agit de transmettre de l’émotion pure, gardant tout le temps une classe et un charisme digne des plus grands. Aaron Paul, excellent lui aussi – malgré que son personnage à travers cette première saison reste relativement peu développé mais c’est pardonnable quand à la durée relativement courte de celle-ci. Retenu par contre quand au rôle de Anna Gunn qui est rapidement agaçante – personnage peu développé ou alors seulement sur ses côtés grisant, et c’est gênant.
Quoiqu’il en soit, la série de Vince Gilligan, et donc cette première saison qui n’est finalement qu’une introduction (la drogue étant reléguée au second plan pendant quatre ou cinq épisodes sur les sept au profit de l’intrigue autour du cancer de White), se suit sans problèmes – les épisodes sont bien menés, sans réels problèmes de rythmes, aux cliffhangers réussis et accrocheurs, avec des liens entre eux assez proche (en la regardant d’une traite on aurait presque l’impression d’avoir affaire à un seul et même film). Les rares réels défauts sont rapidement effacés au profit du plaisir et de la réelle tension qui est menée par Breaking Bad, qui au final, se révèle addictive lorsqu’on est plongé dedans.


A noter aussi un choix excellent au niveau de la bande-originale, qui est pour le coup décapante. Le montage électrique est lui aussi à noter – il sera récompensé aux Emmy Awards en passant, et c’est mérité. Cette première saison de Breaking Bad n’est qu’une mise en bouche et n’augure que du bon pour la suite, d’autant qu’elle est déjà excellente et se classe déjà à elle seule à un niveau très nettement supérieur à la moyenne, surement parmi les meilleurs séries encore en activité – sans atteindre pourtant la perfection, loin de là, Breaking Bad Saison 1 est excellent, s’avalant sans problème et ayant en plus de ça l’honneur d’en réconcilier plus d’un avec la Chimie – et faut dire que c’était pas gagné.
A découvrir au plus vite pour les rares personnes qui n’aurait pas encore essayé – c’est du AMC pur jus : passionnant, non sans défaut mais tout le temps proche du monument – et qui sait, peut-être que ce dernier sera atteint d’ici la fin de la série.


0 commentaires:

Publier un commentaire