Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

samedi 3 novembre 2012

Game Of Thrones - Saison 1


SAISON 1 - HBO
Créé par David Benioff et D.B. Weiss

Game of Thrones – adapté de la saga A Song of Ice and Fire, sobrement traduit en français par Le Trône de Fer, écrit par George R.R. Martin, ancien scénariste pour le cinéma et la télévision dont on retrouve des ingrédients dans son style d’écriture et le découpage de ses bouquins. Autant dire que si Le Trône de Fer n’avait toujours pas été adapté, il fallait évidemment que ça se retrouve en série, au vu de la complexité et de la densité de l’œuvre originale. Le premier bouquin de quelques 700 pages est ainsi adapté sur dix épisodes pour une durée d’environ neuf heures. Ce qui frappe tout de suite si l’on a lut les livres, c’est la fidélité avec laquelle la série retranscrit l’œuvre de Martin – certains passages sont repris mots pour mots, phrases pour phrases, comme si le livre était le scénario finalement – ceci étant moins vrai pour la saison deux, adapté du deuxième livre A Clash of Kings qui s’éloigne en de nombreux points qui à modifier totalement certains passages.


C’est aussi dans leur objectif de réunir un casting so british que les deux créateurs de la série – David Benioff et D.B. Weiss – ont frappé un grand coup. A de rares exceptions près d’acteurs non-anglais (mais excusables car ils sont très bons : Peter Dinklage est américain, Jason Momoa est hawaïen, Nikolaj Coster-Waldau est Danois pour les plus importants – les trois étant très bons), il faut dire que le casting est incroyable dans ses airs d’outre-manche : Sean Bean, Charles Dance, Lena Headey, Alfie Allen, Maisie Williams, Sophie Turner, Michelle Fairley, Iain Glen, Richard Madden, Emilia Clarke, Harry Lloyd, Mark Addy ou encore Jack Gleeson – j’en oublie. Longue liste de noms mais acteurs tous exceptionnels. Pas de Kit Harington (Jon Snow) dans la liste – acteur le moins convaincant pour le coup même si il a de la gueule.
Le budget permettant un niveau technique assez élevé, on se rend rapidement compte que de ce côté-là les producteurs et réalisateurs n’ont pas fait les fines bouches – les décors sont somptueux, les CGI sont d’excellente qualité pour une série, sans parler de la photographie juste monstrueuse. Ne nous étalons pas trop sur l’aspect addictif de la série – elle l’est, et pas qu’un peu : difficile de décrocher une fois la série commencée, tant les cliffhangers absolument déments (qui se succèdent à chaque fin d’épisodes au vu des multiples intrigues présentes) et le scénario qui, même si on a lut le livre, captive tant qu’on aurait envie de se faire Saison 1 & 2 dans la même journée – l’ending de la saison 1 étant grandiose.


Quoi qu’il en soit, et quelques puissent être les minces défauts de la série (on va être tatillon : Kit Harington n’est pas un très bon acteur, l’abondance de sexe un peu trop souvent et pas tout le temps utile, le fait que la série sois trop courte – oui bon ça c’est une revendication de fanboy désolé), on est devant rien de moins que sans doute la meilleure série jamais créée – tant à travers un scénario en béton armé, des acteurs parfaits, une mise en scène exceptionnelle, un thème principal (ainsi que les secondaires – The Rains of Castamere dans la saison 2, mais aussi le thème de Robert ou celui de Stannis) de Ramin Djawadi excellent aussi.


Une telle perfection n’appelle qu’au respect – HBO est décidemment le maître du genre, entre Game of Thrones, The Wire et Les Sopranos, on ne sait même pas ce que pense certains lorsqu’ils disent qu’AMC est son digne successeur. Petit message à ceux qui n’auraient pas lut les bouquins – nul doute que c’est une erreur et que vous allez courir en librairie acheter les magnifiques livres, car si les deux premiers tomes sont excellents, le troisième est encore au-dessus. Ce qui laisse présager une saison 3 et 4 (adaptées d’A Storm of Sword, le troisième livre) tout juste épiques.


0 commentaires:

Publier un commentaire