Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

vendredi 9 novembre 2012

Argo

Réalisé par Ben Affleck
Avec Ben Affleck, Bryan Cranston, John Goodman
Thriller américain (2012)

Résumé :
Le 4 novembre 1979, au summum de la révolution iranienne, des militants envahissent l’ambassade américaine de Téhéran, et prennent 52 Américains en otage. Mais au milieu du chaos, six Américains réussissent à s’échapper et à se réfugier au domicile de l’ambassadeur canadien. Sachant qu’ils seront inévitablement découverts et probablement tués, un spécialiste de "l’exfiltration" de la CIA du nom de Tony Mendez monte un plan risqué visant à les faire sortir du pays. Un plan si incroyable qu’il ne pourrait exister qu’au cinéma.


Ben Affleck s’est distingué par deux fois en tant que metteur en scène : en 2007 avec le très réussi Gone Baby Gone, puis plus récemment en 2010 avec le non moins excellent The Town. Son talent de réalisateur, bien plus que celui d’acteur, n’est plus à démontrer - c’est donc avec un certaine impatience qu’on attendait son Argo, film historique relatant la prise d’otages en Iran en 1979 dans l’ambassade américaine, et le plan d’évasion monté autour d’un tournage de film bidon pour faire s’échapper certains rescapés de cette prise d’otages.



Si l’on peut déjà applaudir le casting irréprochable réunit par Affeck - lui-même dans le rôle principal, Bryan Cranston (Mr. Breaking Bad), John Goodman, Alan Arkin ou encore Kyle Chandler - c’est sans compter sur la tenue d’un script très bien écrit, le tout supportant une mise en scène réussie : à la fois rétro, pesante, électrique, prenant tantôt des airs de Greengrass et tantôt des airs de Spielberg (on pense à Munich très souvent bizarrement - sauf qu’ici Argo est bien plus abouti). La reconstitution historique est décapante (comme le prouve le générique de fin) et les acteurs sont excellents.
Plus étonnant encore, la façon dont Affeck réussit à combler le manque de rythme qui aurait put être présent chez un autre metteur en scène - l’alternance récurrente des différents points de vus, principalement dans la scène quasi-finale, où les actions à différents endroits s’entrecroisent de façon électrique et forment un suspense insoutenable. Puisque c’est ici qu’Affleck réussit un tour de force : au lieu de réaliser un thriller d’espionnage déjà-vu, il s’intéresse d’avantage aux personnages qu’à l’action du film, et certaines scènes d’une intensité très élevée en démontre : en plus d’être instructif sur un plan historique, le film se révèle de qualité sur un plan cinématographique.
Certains dialogues très énergiques sont un délice, et le petit second degré du film sur certaines scènes est un délice. Et puis, on ne pourra que saluer Affleck qui, sur un sujet aussi proche de nous - plus qu’on le croit - arrive à délivrer une œuvre qui, en plus de ne prendre aucun parti, a le mérite de laisser le spectateur se forger finalement une opinion assez libre sur tout ça - un défaut ? D’une certaine façon on aime toujours un peu qu’un film soit plus qu’une simple fresque historique réussie, mais peut-être est-ce mieux comme cela. Pas que l’opinion d’Affleck ne nous intéresse pas, mais plutôt que le film, si il prend appui sur des évènements concrets, est très plaisant à suivre et porte un certain côté éducatif qui serait sans doute bêtement entaché de réflexions sur bien ou pas bien, pour savoir tout simplement qui est en tort.



Ne faisons pas les fines bouches, les rares défauts du films sont rapidement comblés - Affleck est décidemment l’un de ces metteurs en scènes à suivre, et on attend de pied ferme son prochain projet, d’autant que celui-ci est son meilleur film à ce jour. Un thriller malin et stressant qui, si il ne laisse pas nécessairement un souvenir impérissable, se révèle l’une de ces très bonnes surprises alors que la fin de l’année approche à grands pas.


3 commentaires:

  1. Celui-là j'ai hâte de le voir. J'adore Affleck en tant que réalisateur.

    Très sympa le nouveau design du blog. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ^^ L'ancien commençait à me gaver et faisait trop sombre. Le nouveau est loin d'être fini et j'espère améliorer encore pas mal de trucs qui me gênent un peu !

      Et oui, aussi très fan de Affleck... et seulement en tant qu'acteur-réalisateur (acteur tout seul ça passe moyennement).

      Supprimer
  2. Entièrement d'accord avec ta critique, sauf peut-être sur le point de ne pas prendre de parti, l'un des plans finaux ou le drapeau américain flotte en arrière plan est quand même assez significatif, mais j'ai jamais trouvé le patriotisme comme étant un défaut donc bon ^^

    Sinon je rejoins l'Anonyme en disant que le nouveau design est cool :)

    RépondreSupprimer