Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mercredi 24 août 2011

American Pie 2

Réalisé par
James B. Rogers

Avec
Jason Biggs
Seann William Scott
Alyson Hannigan
Thomas Ian Nicholas

Eddie Kaye Thomas

De quoi ça parle ?
Un an après leur sortie du collège, le naïf Jim et ses copains Oz, Kevin et Finch se retrouvent pour des vacances d'été qu'ils espèrent torrides. Leur nid d'amour - un bungalow au bord du lac Michigan - n'attend plus que l'arrivée et le bon vouloir des filles : la rousse Heather, la tendre Nadia, Michelle la flûtiste, la sage Jessica et l'élégante Vicky. Mais les choses ont évolué ces derniers mois, remettant en question les rêves et les espoirs de cette ardente jeunesse. A la suite d'un énième fiasco, Jim constate avec dépit qu'il ne suffit pas d'avoir perdu sa virginité pour être un séducteur ; Oz le nonchalant doit stoïquement s'accommoder de l'éloignement de sa chère Heather ; Kevin se demande s'il se contentera longtemps de n'être que le bon ami de Vicky, tandis que Finch potasse avec ardeur le Kama Sutra dans l'espoir fallacieux d'asservir à jamais la mère de l'ignoble Stifler.

Le premier volet d'American Pie avait un succès surprenant, rapportant plus de dix fois son budget d'origine, obtenant un nombre assez étonnant de critiques positives et popularisant le genre presque inconnu à l'époque du teen movie (films pour ados). Il ne fallut attendre qu'à peine deux ans pour que la suite sorte à son tour sur grand écran, ne changeant que le réalisateur et gardant exactement le même casting que pour le un. Mais le tour de force a été de prendre les qualités dévoilées par la critique et les exploiter plus que tout dans ce second film qui n'était pas censé voir le jour et qui est le premier d'une série d'un nombre incalculable de spin-offs (String Academy), suites (American Pie 3 et American Reunion, en tournage) et d'inspirations (College Unrated, Ils ne pensent qu'à ça) lorgnant sur le plagiat.
Autant le dire tout de suite : ce second volet d'American Pie vaut parfaitement le premier, prenant compte des défauts et des qualités. Le premier était un peu avare en gags, et laissait quand même place à une intrigue. A la différence du second, qui vire complètement l'intrigue pour nous livrer une suite de gags tous aussi fous les uns que les autres, bien pensés et toujours avec cet humour "bas de la ceinture". C'est aussi dans ce second volet qui découvre le réel potentiel de Steve Stifler interprété par un Seann William Scott qui s'en donne à cœur pour créer ce qui restera comme le personnage phare de la saga. Un peu plus d'un an après le Pacte, les quatre copains se retrouvent pendant les vacances d'été après leur première année de FAC. Ils sont obligés d'emporter avec eux Stifler, et compte passer de vrais vacances en souvenir du bon vieux temps. On déplace l'intrigue du bahut jusqu'aux bords d'un lac, on continue les relations commencées dans le un, et on a donc affaire à American Pie 2, qui surpasse même le premier opus en terme de d'humour.
Car c'est toujours aussi peu intelligent et ça reste toujours aussi drôle, jusqu'à ce que même à ce niveau là, ce second volet se révèle encore plus marrant et loufoque que le premier, ce qui est tout à son honneur, jusqu'à en devenir aussi culte. Les fans apprécieront sans broncher (dont moi), les autres, qui ne le sont pas de la première heure, devront se rabattre sur d'autres films si ils s'attendent à de l'humour anglais ou à un film d'auteur drolatique. Ça n'a rien de tout ça, c'est American Pie.


0 commentaires:

Publier un commentaire