Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mercredi 31 août 2011

My Blueberry Nights

Réalisé par
Wong Kar-wai

Avec
Norah Jones
Jude Law
Rachel Weisz
Natalie Portman
David Strathairn


De quoi ça parle ?
Après une rupture douloureuse, Elizabeth se lance dans un périple à travers l'Amérique, laissant derrière elle une vie de souvenirs, un rêve et un nouvel ami - un émouvant patron de bar - tout en cherchant de quoi panser son coeur brisé. Occupant des emplois de serveuse, Elizabeth se lie d'amitié avec des clients dont les désirs sont plus grands que les siens : un policier tourmenté et sa femme qui l'a quitté, une joueuse dans la déveine qui a une affaire à régler. A travers ces destins individuels, Elizabeth assiste au spectacle du véritable abîme de la solitude et du vide, et commence à comprendre que son propre voyage est le commencement d'une plus profonde exploration d'elle-même.


Wong Kar-wai sait filmer, c'est indéniable, de In the mood for love à 2046 il a prouvé son talent, a confirmé son ambiance particulière et sa photographie unique, faisant sa route de chefs d’œuvres en chefs d’œuvres sur le territoire asiatique. Avec My Blueberry Nights, sorti en 2007, il quitte son pays natale pour les États-Unis. Un changement de lieu qui pourrait détruire son ambiance. Avec au casting Norah Jones, Jude Law, Rachel Weisz, Natalie Portman et David Strathairn... tout cela annonce un film d'envergure... ou pas.
Ce qui est absolument génial dans My Blueberry Nights, ce sont les plans, la photographie et les couleurs. Kar-wai arrive à faire de chacun de ces dits plans un tableau unique, beau, sensuel ou poétique. Un sens de la mise en scène hors du commun si bien que l'atmosphère du film est parfaitement installé. De ce côté là, c'est du génie, mais c'est bien le seul côté. En gros le film ça raconte comme une fille après avoir rompu, va partir faire le tour de bars des USA en tant que serveuse. Tout se passe nuit ou presque, avec des intrigues détachés les unes des autres, sans réels liens. En faites, on se rend rapidement compte que le personnage principal interprété par Norah Jones est le moins consistant de l'histoire : pas la faute de l'actrice, qui a un jeu correct, mais du scénariste qui s'est largement plus attardé sur les "seconds rôles", bien plus développés, avec une histoire bien plus étoffée que celle de la personnage principale. La plupart des acteurs s'en sortent avec un jeu correct, aucun ne sort réellement du lot. Pas de grandes performances d'acting, d'autant que ça aurait apporté beaucoup à ce film.
La bande-originale est sympa, sans plus. Pas de pistes phares mais le style s'accorde parfaitement avec les images de Kar-wai. Blues, Jazz, un peu de tout, mais c'est en concordance avec le reste. La musique reste en second plan mais c'est pas si mal. Ensuite, il y a le fait que le style de Kar-wai ne s'accorde pas du tout avec le territoire américain. En Chine, ça collait parfaitement, l'ambiance rappelant indéniablement celle des rues chinoises mais... là, non. Ça marche pas mal au début, mais ça part vite en cacahuète. A l'image du film, d'ailleurs: les vingt premières minutes sont extraordinaires, les cinq dernières très bonnes (toutes celles avec Jude Law en gros), mais les une heure entre les deux sont d'un ennui profond. Bref, My Blueberry Nights laisse sur notre faim, malgré une bonne mise en scène, on sent Kar-wai peu inspiré pour un road movie vite oublié.


0 commentaires:

Publier un commentaire