Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mercredi 24 août 2011

Green Lantern

Réalisé par
Martin Campbell

Avec
Ryan Reynolds
Blake Lively
Peter Sarsgaard
Mark Strong
Tim Robbins


De quoi ça parle ?
Dans un univers aussi vaste que mystérieux, une force aussi petite que puissante est en place depuis des siècles : des protecteurs de la paix et de la justice appelés Green Lantern Corps, une confrérie de guerriers qui a juré de maintenir l’ordre intergalactique, et dont chaque membre porte un anneau lui conférant des super-pouvoirs. Mais quand un ennemi du nom de Parallax menace de rompre l’équilibre entre les forces de l’univers, leur destin et celui de la Terre repose sur leur dernière recrue, le premier humain jamais choisi : Hal Jordan.



Après Marvel et son Iron Man, c'est autour de DC d'adapter ses superhéros inconnus en Europe. Absent des écrans depuis The Dark Knight, l'écurie n'a put que regarder la montée en puissance de Marvel (pas en qualité), qui a depuis adapté Thor, Captain America, Kick-Ass, donné une suite à Iron Man, relancé X-Men et Spider-Man et lancé le tournage du premier crossover de comics de l'histoire du cinéma : The Avengers. DC est resté en second plan, et bien qu'ayant lancé les tournages des très attendu The Dark Knight Rises et Man of Steel, revient presque dans l'anonymat avec Green Lantern, sortant quasi-simultanément avec Captain America, qu'ils ont confié à Martin Campbell, connu pour avoir réalisé les deux meilleurs James Bond sans Sean Connery (GoldenEye et Casino Royale) et relancer la franchise Zorro (Le Masque de Zorro et La Légende de Zorro).
A l'écran : Ryan Reynolds, qui a enfin la chance d'accéder à la gloire après tant d'années à crever l'écran sans qu'on le remarque vraiment, dans le rôle d'Hal Jordan, pilote américain casse-cou qui va trouver un Green Lantern à l'agonie, une ancienne confrérie protégeant l'univers des méchants, et qui va lui être confié le pouvoir de son prédécesseur. Et dans l'histoire, il y a bien sur un méchant, gros méchant, qui est le plus terrible jamais vu. Bon, ce qui est vraiment honteux dans cette adaptation, c'est qu'on a l'impression que Nolan, Vaughn, Singer, Raimi et Cie. n'ont jamais réalisé un film de superhéros. On a l'impression de revenir au début des années 1990 : kitsch, naardesque, bidon et prévisible. On a bien sur droit à la scène de la découverte des pouvoirs, celle avec la fille sur le toit, et le combat final contre le méchant. Costumes kitschs, scénario ridicule, FX ratés, tout cela est sauvé par un humour pas trop mauvais et un Ryan Reynolds au meilleur de sa forme.
Mais tout reste franchement nul, entre une bande-originale de James Newton Howard de piètre qualité, des effets spéciaux risibles, des extra-terrestres qui ressemblent à des dessins d'enfants, un univers vraiment bidon, et une histoire prévisible jusque dans ses moindres recoins. Bref, on se fait chier, on a pitié, et on a l'impression que rien n'a évolué dans le genre depuis vingt ans. A éviter, et qui dispose d'une conversion 3D vraiment raté (la profondeur est mal gérée). Un navet.

0 commentaires:

Publier un commentaire