Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

vendredi 26 août 2011

American Pie (4) - No Limit!

Réalisé par
Steve Rash

Avec
Tad Hilgenbrink
Jason Earles
Arielle Kebbel
Eugene Levy
Matt Barr

De quoi ça parle ?
Après avoir ruiné la cérémonie de remise des diplômes de son lycée, Matt Stifler, petit frère de Steve, est envoyé à Toal Oaks durant tout l'été en guise de punition. Mais le jeune Matt a bien des idées en tête...







Bizarrement sous-titré No Limit! en français alors que Band Camp (en anglais), est cent fois meilleur, American Pie : No Limit! (considéré comme le 4 mais c'est faux, le véritable 4 sort en avril 2012) est en quelque sorte le premier et unique spin-off qui a une raison d'être : gags qui font encore rire, encore un peu d'émotion, pas "d’extrême" et un certain respect de la saga initiale avec de nombreuses références à ceux ci et un frère de Stifler parfaitement choisi car il dispose du même tic à la lèvre que Seann William Scott.
Après avoir foutu en l'air une cérémonie de remise de diplôme, Matt Stifler, le frère du Stifler des trois premiers, est envoyé dans le fameux Band Camp/Stage d'été, pour se pardonner. Mais le jeune a l'intention de tourner un film plus "trash" avec pour vedettes involontaires les membres du Band Camp... Dernier un speech qui peut paraître totalement à côté de la plaque à la première lecture, No Limit! garde l'esprit des premiers American Pie : un Stifler obsédé mal aimé, et des geek et nerds en masse. Une histoire qui ne reste pas que sur des blagues sexuelles sans film conducteur mais garde un certain côté humain avec une intrigue sentimentale et une réelle morale au final. Respect des trois premiers sans atteindre leur niveau malheureusement, encore des gags qui font rigoler, et le fait d'avoir pris un frère de Stifler qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Seann William Scott, tant de détails qui font que No Limit! reste dans mon cœur.
Les seuls reproches que j'aurais à faire ce serait que l'intrigue et les personnages mis en place dans cet épisode ne soit pas repris par la suite dans les spin-offs, et que No Limit! se révèle sans liens directs ni avec les précédents volets, ni avec les suivants, alors qu'au final il s'agit sans aucun doute d'un film d'une certaine qualité, bien qu'il fasse aimé American Pie, ce qui est loin d'être le cas de tout le monde. Bref, le seul spin-off qui sert à quelque chose en quelque sorte, des acteurs bien choisi et sympathiques, une intrigue bien menée et des gags toujours aussi bons ou presque, No Limit! se révèle un spectacle surprenant car on s'attendait à bien moins de qualité de la part des spin-offs tant décriés.

0 commentaires:

Publier un commentaire