Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Mon Top 100 des films du XXIème siècle

Fincher ? Moretti ? Haneke ? Almodovar ? Depardon ? Kore-eda ? Joe ? Nolan ? Quels seront les absents et les présents ? A la BBC, voici mon top 100 des films du XXIème siècle. Lire plus

The Strangers

The Strangers

Le prodige coréen Na Hong-jin revient avec son troisième film, un polar horrifique qui évoque Friedkin et nous rappelle que le Mal peut surgir de n'importe où. Un thriller d'épouvante bouleversant dans la pur tradition kimchi. Lire plus

The Assassin

The Assassin

Le gigantesque cinéaste taïwannais Hou Hsiao-Hsien s'attaque au cas du wu xia pian et nous livre une fresque historique monumentale, innovante, singulière. Un film unique qui se classe d'ors et déjà parmi les plus grosses claques de l'année. Lire plus

The Revenant

The Revenant

Le monstre d'Iñarritu sort enfin dans nos salles : est-ce que ce film, annoncé comme l'un des monuments de l'année, correspondra aux attentes ? Lire Plus

jeudi 25 août 2011

Le Secret de Térabithia

Réalisé par
Gábor Csupó 

Avec
Josh Hutcherson
AnnaSophia Robb
Zooey Deschanel
Bailee Madison
Lauren Clinton

De quoi ça parle ?
Jess, un garçon issu d'une modeste famille nombreuse et Leslie, fille unique d'un couple d'écrivains, s'inventent un monde imaginaire, Térabithia, pour fuir la réalité de leur vie quotidienne... Mais lorsque cet univers magique prend vie, ils se retrouvent confrontés à des aventures plus périlleuses que ce qu'ils avaient pu imaginer.


Le Secret de Terabithia. J'en avais vaguement entendu parler à sa sortie mais je n'y avais pas été à cause de la promotion le décrivant comme un Narnia-like (comme l'atteste l'affiche, la police d'écriture qu'il y a dessus, et la phrase d'accroche en haut). Mais c'est en me baladant sur Allociné il y a quelques jours que je suis tombé sur un message d'un internaute le recommandant chaudement, en disant que la promotion était fausse et que ça n'avait rien à voir avec Narnia, que c'était un film de qualité... La présence d'Hutcherson, qu'on verra bientôt dans Hunger Games, me fait penser que je n'ai rien à perdre à part du temps, donc je me lance dans le visionnage de ce film.
Et bien, autant dire que Le Secret de Terabithia est l'une des meilleures surprises que j'ai eut depuis un bout de temps. Vendu comme un sous-Narnia à sa sortie pour attirer les foules, il a été détruit par les fans du monde de C.S. Lewis car il était "ennuyeux", "à déconseiller aux enfants", "trop triste"... Et encensé par les détracteurs de Narnia comme un drame humain profondément touchant. Autant dire tout de suite que je me range dans la seconde catégorie, ce film étant magnifique en tout point. C'est l'histoire de deux adolescents mal dans leurs peau qui vont s'inventer un monde magique grâce à leur imagination. A mi-chemin entre Créatures célestes et Stand By Me, Terabithia déroute, et se révèle un profond spectacle sur le deuil, l'imagination, l’irréversibilité, l'évasion, et le fait de s'accepter tel qu'on est. Un film d'autant plus étonnant que le fin est unique en son genre, triste, touchante, dramatique, tragique et il faut avouer que j'avais la larme à l’œil à la fin, ce qui ne m'arrive que très rarement.
Alors bien sur, Terabithia décevra ceux qui s'attendent à un film féérique comme Narnia, faute à la promotion du film, mais aussi au titre français qui n'a rien à voir avec le titre anglais (qui se traduit par Le Pont de Terabithia). Non, car Terabithia c'est un film dur, un enseignement, comme l'a été Stand By Me à son époque. Des acteurs convaincants, une bande-originale du tonnerre, une fin tragique, une réalisation de bonne qualité et des effets spéciaux qui ne claquent pas dans l’œil mais qui s'adaptent au déroulement. Bref, si vous vous attendez à un conte, n'y allez pas, ce n'est pas un conte, mais un drame sur le deuil, tragique, parfois magique, mais auquel on reste profondément scotché car il prend des libertés jamais prises dans le genre. Une petite perle qui mériterait une plus grande réputation car c'est d'excellente qualité. A découvrir sans plus tarder et sans aprioris.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire