Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

dimanche 21 août 2011

Basketball Diaries

Réalisé par
Scott Kalvert

Avec
Leonardo DiCaprio
Lorraine Bracco
Mark Wahlberg
James Madio
Patrick McGaw 

De quoi ça parle ?
Quatre copains dissipés d'une école catholique de New York ont une passion en commun : le basket. Lorsque Bobby meurt d'une leucémie, Jim et ses copains sont confrontés à la dure réalité de la vie qui leur apparaît de plus en plus absurde. Jim se confie à son journal intime, mais l'écriture ne l'empêche pas de se droguer. Sa mère finit par le mettre à la porte. Il continue d'écrire, mais les pensées qu'il consigne dans son journal prennent une tournure surréaliste, témoignant au quotidien de sa descente aux enfers.



Quelques années avant le succès planétaire (c'est un euphémisme en plus) de Titanic, et encore plus avant ses récents succès comme Les Infiltrés ou Inception et autres amusements avec Martin Scorsese, Leonardo DiCaprio, tout frais sorti de Quoi de neuf docteur ? et Gilbert Grape, se lance dans ce rôle qui le lancera réellement (et lui permettra de signer avec James Cameron), où il interprète le réel Jim Carroll, passionné de basket et qui, renvoyé de son école, va peu à peu sombrer dans la drogue et le crime. Adapté d'un journal intime autobiographique du personnage principal, Basketball Diaries s'élance contre la drogue, la débauche, la fragilité de l'adolescence. Et ce film trop méconnu par rapport à sa certaine qualité est avant tout l'un des meilleurs rôle de l'acteur américain, qui nous prouve réellement son talent dans cette descente aux enfers à la mise en scène glauque et pesante.
Au casting, on retiendra avant tout - bien sur - Leonardo DiCaprio et aussi incroyable que cela puisse paraître,  Mark Wahlberg, dans un rôle d'un des camarades dissipé de DiCaprio. Les deux hommes se retrouveront plus de dix ans plus tard sur le tournage des Infiltrés, anecdote marquante puisque ce sont sans doute les deux meilleurs rôles de Wahlberg. Le film raconte l'histoire d'un adolescent - Jim - passionné de basket avec ses trois potes et qui, après y avoir goutté, va devenir accro à la drogue. Emportant dans sa chute deux de ses amis, il est renvoyé de son établissement, mets fin à ses rêves de basketteur, plonge dans le crime mineur en commettant vol avec ses camarades et sombre surtout dans la toxicomanie. Le tout raconter sous la forme d'un journal intime écrit par Jim, le film s'appuie sur les relations qu'il entretient avec sa mère, ses camarades et ses amis qui ne peuvent que le regarder sombrer dans sa dépendance. Pas vraiment de scènes ni de répliques d'anthologie dans ce film méconnu, le tout restant sur un fil conducteur assez bien développé et des scènes de plus en plus grave, si bien qu'on a au final pitié pour Jim. On ne s'y identifie pas forcément, mais on ne peut que regarder le désastre de sa dépendance.
Le tout - peut-être trop maigre - est surtout sauvé par des acteurs en grande forme, principalement DiCaprio, et un message intelligent sur la drogue (attention, ça n'a rien à voir avec Las Vegas Parano). On y voit la décadence de la jeunesse, l’incompréhension des adultes, la fragilité de notre avenir, les rêves perdus. C'est choc, c'est triste, mais on ne peut nier que ce que raconte le film est bien réel. La mise en scène de Kalvert est peut-être trop classique, mais suffisamment pesante pour laisser des traces. On regrettera cependant une histoire un peu trop bancale, pas assez de moments pouvant devenir cultes, et un final surement trop expédié. Un film de qualité, mais qui ne marque pas plus que ça.


0 commentaires:

Publier un commentaire