Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

samedi 27 août 2011

Les Schtroumpfs 3D

Réalisé par
Raja Gosnell

Avec
Katy Perry
Neil Patrick Harris
Alan Cumming
Hank Azaria 

Jonathan Winters

De quoi ça parle ?
Chassés de leur village par Gargamel, le méchant sorcier, les Schtroumpfs se retrouvent au beau milieu de Central Park à travers un portail magique.








Quand j'ai entendu parler des Schtroumpfs, le film je me suis dit au fond de moi même que ça sentait fort le gros navet humour de chiottes pour gosse de 3 à 6 ans avec intrigue à la con. Mais je me suis tout de suite dit que ça devait être une production franço-belge 2D dans l'univers des Schtroumpfs et rien d'extraordinaire. C'était sans compter l'arrivée du tâcheron Raja Gosnell auquel on doit Big Mama, Scooby-Doo et Le Chihuahua de Beverly Hills. Merde, ça sent encore plus la merde. A l'annonce que le dit film sera en 3D, se déroulera à New York et sera une production intégralement américaine, c'était la fin de l'espoir d'un bon film. D'autant plus que la Bande-Annonce était à gerber son déjeuner.
Tout de suite il faut dire que le design du tout est assez bidon. C'est pas très respectueux de la BD à ce niveau là comme peut l'être le Tintin de Spielberg mais au niveau des personnages, y a un certain respect des codes avec prise de liberté en ajoutant des caractères et des physiques plus marqués pour chaque Schtroumpfs, ainsi que de nouveaux petits êtres bleus. Ayant vu le film en 2D, je ne peux juger la qualité de la 3D mais rien de gênant en son absence. Ouais parce qu'au final Les Schtroumpfs c'est une bonne surprise : loin du navet attendu, y a un humour pas si ringard (j'ai rigolé une ou deux fois en gros, souri à plusieurs reprises), de bonnes idées scénaristiques, des personnages presque attachants et des clins d’œils récurrents à la bande-dessiné et à la série animée.
Bon y a bien sur des scènes un peu bidons et un happy ending un peu trop too much pour être totalement compris, cerné et logique, mais on s'y fait, y a un côté loufoque pas regrettable et des acteurs, notamment Azaria excellent en Gargamel, qui s'en sortent pas trop mal même si on a vu cent fois mieux dans le genre du film pour enfants. On regrettera aussi la mièvrerie un peu récurrente sur le Schtroumpf maladroit qui est un peu considéré comme un bêta rejeté par la société, mais si c'est pour donner un côté mignon au tout, ça risque de marcher pour les touts-petits. On a évité la catastrophe, mais on a pas réussi à 100% pour autant.

0 commentaires:

Publier un commentaire