Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

lundi 8 août 2011

Transformers 3 - La Face Cachée de la Lune

Réalisé par Michael Bay
Avec Shia LaBeouf, Rosie Huntington-Whiteley, Patrick Dempsey

Après deux volets plus ou moins bons, plus ou moins cons, et plus ou moins passionnants, Michael Bay revient avec ce troisième volet de la saga Transformers adaptée des jouets éponymes, qu'il annonce déjà comme sa dernière participation à la saga alors que Shia LaBeouf vient de signer pour trois volets de plus. Au passage, on dit Hasta la Vista, Baby à Megan Fox sur la directive de Steven Spielberg pour apporter à la place la petite amie de Jason Statham. On ajoute deux trois nouveaux robots à barbichettes, une nouvelle arme qui met en péril l'humanité et surtout... une bande annonce alléchante, montrant une scène des premiers pas de l'homme sur la Lune en 1969, qui nous annonce d'ors et déjà un volet bien meilleur que les autres.
Les Vaisseaux Spatiaux des Decepticons.
Il faut dire que je crois de plus en plus que Michael Bay est un psychopathe patriotique fan de Boum, de Robots tueurs et de menaces planétaires. Mais bon. Tout démarre un peu en queue de poisson, et il faut dire que c'est un peu chiant à survivre : humour enfantin, action dérisoire et réalisation banale. Bref, le film commence réellement au bout d'une heure pour ce qui semble être une scène d'action finale d'une heure et demi, comme pour les deux précédents en passant. Mais là réside la principale qualité de ce troisième film, qui se hisse loin au dessus des deux autres : des scènes d'actions époustouflante, mise en scène excellente, scénario plus inventif et intelligent que d'habitude (c'est pas encore du Nolan, hein), un Patrick Dempsey parfait en méchant, un Steve Jablonsky au sommet de son art pour un blockbuster qui se regarde avant tout pour la destruction de la ville (je ne sais plus laquelle, Chicago ou Washington, j'ai oublié), impressionnante, avec des situations improbables mais bluffante.
Michael Bay confirme qu'il a un sens intuitif du film d'action, donnant des scènes presque basiques mais parfaitement réalisées et impressionnante. Un Patrick Dempsey surprenant qui prouve qu'il devrait faire autre chose que le médecin torturé. Bref, le meilleur de la saga.

0 commentaires:

Publier un commentaire