Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

samedi 2 juillet 2011

99 Francs

Réalisé par Jan Kounen
Avec Jean Dujardin, Jocelyn Quivrin (RIP), Patrick Mille, Vahina Giocante

Il y a longtemps qu'on me conseillait 99 Francs, tant chez les cinéphiles que chez les cinéphages que chez les rien-de-tout-ça. Il faut que j'avoue que le film ne m'attirait guère. Le résumé avait l'air sympa, mais je m'attendais à l'une de ces comédies enfantines qui montre une genre de vengeance irréaliste; ce genre de film peut être sympa, mais dans le cas présent où il s'agit d'un film français, j'étais en droit de m'inquiéter. Cependant, la présence de Jean Dujardin (qui, si on omet Brice de Nice est le meilleur acteur français du XXIe siècle, et sans doute notre nouveau représentant à l'étranger pour succéder au couple Canet-Cotillard) m'a finalement décidé, et je loue le film dans le vidéo-club du coin.
Jocelyn Quivrin (mort en 2009) et Jean Dujardin
Et quel surprise ! Moi qui m'attendait à un film sans fond, je me retrouve avec un film sans forme : un OVNI indescriptible engagé contre la société de consommation, mélangeant lecture engagée, Las Vegas Parano et une voix off ironique à la Kick-Ass. C'est vraiment très bizarre, et certaines scènes sont ratées. La mise en bouche est longue et peu prenante. Mais les fins redonnent saveur à un film que j'ai songé à arrêter maintes et maintes fois. Une première fin dramatique, déjà-vu, mais qui reprend son sens avec une deuxième fin ironique, cinglante et terriblement fun, qui se termine par deux derniers plans (celui du montage) et celui de Jean Dujardin qui donnent une profondeur au film tel qu'on aimerait presque noter seulement la fin. L'utilisation massive d'effets-spéciaux montrent une image colorée de la publicité, et de ce côté là, c'est un coup de maître de metteur en scène.
99 Francs est donc un film français ufologique, indescriptible et non-sensique. Il faut réfléchir un bout de temps pour tout mettre en lien. Le film, souffrant de longueurs et abus, se réussit et redore son blason à l'aide de fins hors-normes. A découvrir, en connaissance de cause : c'est assez abstrait.

0 commentaires:

Publier un commentaire