Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mercredi 27 juillet 2011

Titanic II

Réalisé par Shane Van Dyke
Avec Bruce Davison, Brooke Burns

Les productions The Asylium se sont depuis quelques années spécialisés dans un domaine des plus original : le mockbuster (procédé utilisé dans les années 60/70/80 par les italiens), ou le téléfilm à petit budget qui profite du succès d'un blockbuster pour vendre ses DVD à quelques pigeons ou fans de nanars (quoique la vente de DVD ne soit pas générale à tout les cas). Da Vinci Code est par exemple devenu Da Vinci Treasure, Les Serpents dans l'avion sont devenus Les Serpents dans le train, et Thor a disposé d'Almighty Thor et cela avec plusieurs dizaines de films à succès, de tous les genres.
Le Titanic II.
Le nom de ce long-métrage est donc trompeur : car, en faisant croire qu'il s'agit d'une suite au film de Cameron, les scénaristes ont donc imaginé que des riches construisait un bateau qu'ils appellerait Titanic II en le faisant partir cent ans plus tard après le premier bateau dont l'histoire n'est plus à contée, en lui faisant bien sur prendre, le même trajet. Mais les icebergs sont vengeurs, et vu que les radars peuvent maintenant les détectés, on a le droit à deux tsunamis de cent mètres de haut emportant avec eux des icebergs qui s'écrasent sur le bateau. Mélangeant donc Poséidon, Titanic ou encore Le Jour d'Après, Titanic II prête à sourire grâce à un comique involontaire hors du commun, mais pas assez comme c'est le cas par habitude avec The Asylium. Trop de sérieux, pas assez de loufoque, pas assez de couilles, mais pourtant un script et des acteurs à coucher dehors.
Autant le dire tout de suite, si vous vous attendez à la suite du film de Cameron, vous allez être déçus. Mais c'est du The Asylium, et il faut être initié au nanar. Malheureusement, même en temps que film de cette production, on est pas convaincu : une histoire pas assez loufoque mais qui reste terriblement conne, et ça c'est marrant. Quand le pire devient le meilleur.


0 commentaires:

Publier un commentaire