Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

samedi 30 juillet 2011

Phénomènes

Réalisé par M. Night Shyamalan
Avec Mark Wahlberg, Zooey Deschanel, John Leguizamo

M. Night Shyamalan est sans doute le réalisateur le plus décrié, le plus incompris de sa génération. Il défait la critique, mitige le public, et on peut l'adorer ou le haïr au plus au point. Sixième Sens avait sans doute créé un critique unanime, Incassable avait commencé à la scinder en deux groupes, Le Village encore plus, jusqu'à l’apogée que Signes a provoqué : ses films, qualifiés de coups de génies par certains, de navets insupportables par d'autres. Moi, j'aime beaucoup.
Une psychose parfaitement distillé.
J'ai découvert Phénomènes lors de sa sortie en salle. J'avais partiellement apprécié, le considérant à l'époque comme une Série B amusante et distrayante. Mais c'est le temps qui m'a forgé une opinion sur l'un des films les plus décrié du réalisateur indien. La psychose, la peur des plantes, du vent, de l'air, de la pollution et surement l'un des films qui arrive réellement à sensibiliser le public concernant la pollution. Une psychose qui s'étale sur plusieurs mois, et qui me fait désormais un peu frissonner quand j'entre dans un parc municipal en repensant au film, à la matière des Dents de la Mer et de la baignade maritime. Phénomènes, malgré ses défauts visibles et importants comme de nombreuses performances d'acteurs plus ou moins convaincantes et un script se finissant en queue de poisson (je ne parle pas de la scène finale mais du Happy End la précédant), se révèle un spectacle durable, dont l'idée générale et l'atmosphère de la réalisation psychotique de Shyamalan qui en ressort est très marquante, presque choquante, le tout sur une bande-originale envoutante et effrayante à la fois de James Newton Howard.
Phénomènes n'est pas le meilleur Shyamalan, loin de là, faute à des acteurs peu convaincants en général et un script plus ou moins bien développé. Mais la mise en scène et l'atmosphère dégagée par la réalisation de Shyamalan est absolument terrifiante et réussie. Un spectacle à découvrir, mais qui divisera le public.

0 commentaires:

Publier un commentaire