Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mardi 26 juillet 2011

Transformers 2 - La Revanche

Réalisé par Michael Bay
Avec Shia LaBeouf, Megan Fox, Josh Duhamel


Michael Bay s'est imposé à Hollywood en quelques années comme le maitre incontesté du Boum Boum, film d'action et catastrophe planétaire. Après un premier volet bordélique (scénario incompréhensible pour petits branleurs, réalisation épileptique quoi que ça reste mieux que du Greengrass, et un humour des moins marrant), on attendait pas grand chose de cette suite adaptée des jouets Hasbro (bientôt, l'adaptation de la pub Nespresso).
Megan Fox, qui ne sert bien sur à rien une nouvelle fois.
Ce qui reste un peu idiot dans Transformers, surtout le premier, c'est qu'on ne sait jamais quel robot destructeur se fait exploser la gueule. C'est un peu du n'importe quoi, et Bay a réussit le pari de savoir qui tape sur qui dans le second volet. C'est un début. La guerre entre les Autobots et les Decepticons continue donc, et on a l'arrivée d'une nouvelle race de robots : les Constructicons. Oublions le nom d'une originalité sans limite (vu qu'ils se combinent en plus pour donner naissance à ... Devastator). Bon, niveau robots, il est clair qu'au final ils font plus de figuration qu'autre chose, sauf bien sur les deux joyeux lurons pour amuser les gosses, appelés les "Jumeaux" pour pousser le ridicule encore plus loin. Au final, on relève donc deux qualités à Transformers 2 : les effets spéciaux et la bande-originale de Jablonsky. En gros, les mêmes que pour le premier.
Un script plus abouti, une réalisation moins bordélique, des FX de très bonne qualité et une bande-originale géante : Transformers 2 pouvait surpasser son aîné mais l'égale finalement... faute à une originalité à la noix et une humour pas toujours très saint.

0 commentaires:

Publier un commentaire