Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

lundi 25 juillet 2011

Bons Baisers de Russie

Réalisé par Terence Young
Avec Sean Connery, Pedro Armendariz

Après le succès international de James Bond 007 contre Dr. No, il fut, comme aujourd'hui (la preuve que les mœurs n'ont pas tant changé que ça) question d'une suite. La saga James Bond en est où la connait aujourd'hui (22 films, mais encore plus si on compte les "non-officiels" comme le Casino Royale des années 1960 et celui des années 1950, ou encore le piètre Jamais plus Jamais de 1983 qui porte donc le nombre de films à 25, en plus de celui de Sam Mendes qui devrait sortir d'ici un ou deux ans), et c'est impressionnant de voir comment elle a évolué un près d'un demi siècle.
James Bond au téléphone.
Ce second volet de la saga cinématographique James Bond, malgré son titre qui est passé à la postérité tellement il est célèbre, souffre d'une intrigue peu originale et très stéréotypés : des russes méchants, des anglais sympathiques... l'esprit de James Bond à ses bases les plus profondes, avec un Sean Connery toujours aussi bon (surtout dut à sa classe légendaire, car on sait tous que son talent d'acteur lui est venu surtout en vieillisant) mais une pléiade d'acteurs plus ou moins inutiles et convaincants. Le paroxysme atteint par "Dr. No" n'est pas là pour cette suite, et c'est bien dommage, et normal au vu d'une idée des plus simplistes. Les personnages sont caricaturaux au plus haut point, les scènes d'actions sont tout sauf jouissives. Le vieillissement du film doit y être pour quelque chose, mais malgré quelques qualités (répétons le : Sean Connery et la musique de John Barry), Bons Baisers de Russie restent pour moi une grosse déception.
Bons Baisers de Russie est donc un James Bond mineur qui fait partie des plus gros ratés de Sean Connery. Passez directement à Goldfinger. 

0 commentaires:

Publier un commentaire