Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

lundi 4 juillet 2011

La Conquête

Réalisé par Xavier Durringer
Avec Denis Popalydès, Florence Pernel, Bernard Le Coq

Si le fait de sortir un film sur la conquête à la présidence du président de la République en mandat peut paraître, à un an des élections, un film de campagne, les ambitions de La Conquête se révèlent un tantinet plus poussées et provocatrices. Après qu'Oliver Stone ai réalisé W., que les rosbeef nous ait donné The Queen, c'est à nous d'adapter une partie de la vie d'un chef de l'état encore en fonctions. Et au vu des deux précédents essais, on était en droit de se poser des questions quand à la qualité d'un tel pari. Mais, Durringer clôt rapidement le débat en disant que ses ambitions ne sont pas de soutenir Nicolas Sarkozy pour 2012, mais simplement de relater une partie de la vie d'un personnage.
Ressemblance peu frappante mais superbe interprétation!
On remarque donc rapidement que le film ne s'intéresse pas forcément à la campagne de Sarko, mais d'une façon plus générale, au monde politique, à la France contemporaine, et, aussi incroyable que cela puisse paraitre, aux relations conjugales. Car La Conquête s'intéresse à la dégradation du couple Nicolas-Cécilia, ainsi qu'à la relation de l'actuel chef de l'état avec son concurrent à la présidence de l'UMP, Dominique De Villepin. Ses entrevues avec Chirac, ses phrases qu'ils l'ont faire arriver au sommet. Et il n'est pas obligatoire d'être de droite pour apprécier le film qui, en prenant la peine d'évoquer les convictions de Sarko, se classerait plus dans la catégorie thriller politique et comédie noir. L'humour est cynique, et vraiment très prenant. On rigole, mais on aimerait pas, tellement c'est noir parfois. C'est ça l'atout de La Conquête : aborder le monde politique avec noirceur et humour, en développant les complots, les coups par derrière, les amours, les amitiés, les relations...tout cela qui ne tient qu'à un film jusqu'à ce que ça se mette en travers du chemin d'un autre. Aussi incroyable, les paroles, les actions, même privées, contrairement à ce qu'on pourrait croire, sont totalement réelles, et peu de choses ont été déformées pour les besoin du film. En plus de ça, une musique de Piovani qui donne une âme supplémentaire au film.
Donc oui, j'ai aimé La Conquête, qui m'a appris beaucoup de choses, et qui m'a fait bien rire. Une comédie thriller très noire qui, même si son succès actuelle n'est peut-être pas très important, devrait acquérir un statut de film majeur du cinéma français de 2011 dans les prochaines années.

0 commentaires:

Publier un commentaire