Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

vendredi 1 juillet 2011

La Plus Belle Victoire

Réalisé par Richard Loncraine
Avec Kirsten Dunst, Paul Bettany, James McAvoy, Sam Neill, Jon Favreau

Je n'ai jamais été un fada de comédies romantiques...mais celle-ci m'a attirer l’œil : sur fond de Wimbledon, avec un casting alléchant (étant fan de McAvoy). Le film conte en gros l'histoire d'un tennisman anglais has-been qui en est à son énième Wimbledon, et d'une jolie ricaine jeune qui en est à son premier. Sur l'un, il n'y a aucun espoir de gagner, et l'autre fait partie des favoris. Ils vont rapidement se rendent compte que l'un sur l'autre à une influence positive ou négative : l'homme trouve son inspiration dans l'amour, et la femme en perd toutes ses forces. Outre les ramassés de clichés qu'on nous desserve à la pelle (le père couveur, l'agent gros et méchant, le ramasseur de balles attaqué par le méchant tennisman numéro un mondial....), on a le droit à un film sympathique, qui nous fait penser aux feel-good movies à l'américaine.
Quel saut...étonnant!
La principale qualité de La Plus Belle Victoire est sans nul doute la qualité de la mise en scène pour les scènes de Tennis : Invictus avait échoué avec le rugby, Goal! plus ou moins avec le football, Carton Rouge s'était chié avec encore une fois le foot...bref, le sport au cinéma, ça n'a jamais été très facile à tourner. Sauf ici. C'est tourné un peu bizarrement, dans tous les sens; on suit la balle, on entend les pensées du gars (qui en VF, sont à dégueuler), mais le tout sans ralentis (quelques un quand même), et y a de l'action et du fun. C'est bien l'une des seules qualités de ce métrage; mais il serait hypocrite de dire que je n'ai pas aimer du tout. Le film se prête à regarder, c'est simple, ça détend, et les acteurs ne sont pas si mauvais (Bettany-Dunst est un couple sympathique, un peu cliché, mais sympathique; oublions bien sur Jon Favreau qui est bien mieux en metteur en scène).
Au final, La Plus Belle Victoire n'est pas une surprise : ça se regarde, on s'attend à tout, les acteurs sont sympas, la mise en scène plutôt bonne, le scénario plutôt plat, mais ça reste sympa à regarder, on s'ennuie pas. Un divertissement sans longueur pour les journées de pluies.

0 commentaires:

Publier un commentaire