Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

vendredi 29 juillet 2011

Push

Réalisé par Paul McGuigan
Avec Chris Evans, Dakota Fanning, Camilla Belle, Djimoun Hounsou

Oulalalala. Étonnant film. Car Push efface tout ce qu'on connait des films de superhéros : une fausse allure d'X-Men ou de Heroes qui tourne rapidement en film à l'atmosphère morbide dans les rues de Hong-Kong. Et en plus de ça, un scénario d'une complexité inattendue si bien qu'il faut bien être attentif dès le début pour comprendre tout. Le film a pourtant été démoli par une critique presque unanime. Mérité ?
L'atmosphère très Tsui-Harkese du film dérange au début.
Mais c'est justement le parti pris visuel et scénaristique du film qui réussit beaucoup à Push, plus que des performances d'acteurs nous montrons un Chris Evans et une Belle à leur habitude, une Dakota Fanning décevante, ce qui ne sauve pas la performance plutôt bonne de Djimoun Hounsou qui montre qu'il peut parfaitement joué les méchants. Le réalisateur Paul McGuigan tourne son film dans la droite lignée des succès hong-kongais : décors colorées et sombres à la fois, parfois très glauques, des chantiers, des endroits sales, mais aussi très propres, de la foule... Et tout ça donne à Push une atmosphère jamais vu dans le genre du film de superhéros. En plus de ça, le fait de s'attarder sur plusieurs personnages qui soient "méchants et gentils" prouve qu'il n'y a pas de vrai surhomme au dessus des autres dans ce film. Le scénario très dispersé et complexe à cerner donne aussi un plus, ainsi qu'une bande-originale plutôt bien choisie bien que mineure dans la réalisation.
Au final Push ne m'a pas déçu mais plutôt surpris à la vu des critiques assassines faites à son propos qui faisaient que je m'attendais à un gros navet. C'est un film, loin d'être très bon, qui se défend pas mal, grâce à une mise en scène et un scénario ambitieux. Reste malheureusement des acteurs peu convaincants et un style qui ne fera pas l'unanimité.

0 commentaires:

Publier un commentaire