Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

mercredi 6 juillet 2011

The Hunt For Gollum

Réalisé par Chris Bouchard
Avec Adrian Webster, Arin Alldridge, Patrick O'Connor 

Le succès de la trilogie du Seigneur des Anneaux a été tel, qu'en plus de réveiller l'instinct des fans primitifs, a créé tout une communauté dont l'univers de Tolkien était devenu le point central : de nombreux jeux (Warcraft, Le Seigneur des Anneaux Online), produits dérivés et fanfictions ont été créés. Mais certains fans inspirés par le cinéma se sont tourné vers le genre très complexe qu'est le fanfilm. Se basant sur un univers ou un film pouvant donner lieu à d'autres exploitations, le fanfilm est un genre à part entière du cinéma amateur, et surement l'un des plus dur à manier car il s'agit de s'approprier l'univers d'un autre ayant diposé de gros moyens, avec un budget de film amateur. SDA a dont disposé de son lot de fans films, dont les deux plus aboutis sont Born of Hope et The Hunt For Gollum qui conte la recherche de Gollum par Aragorn.
Le Gollum de Bouchard. Très réussi au vu des moyens.
La première chose qui frappe, ce sont les décors anglais qui collent parfaitement à l'univers de Tolkien, bien qu'ils soient nettement plus sombres que les colorés et diversifiés décors néo-zélandais choisis par Peter Jackson. C'est très beau. Ensuite, la musique, qui ne commet pas l'erreur de reprendre les thèmes d'Howard Shore mais sort une BO totalement originale et de bonne qualité, car elle est dans le même style que la musique composée pour les films de Jackson, et colle donc parfaitement à l'univers. La mise en scène tient la route, bien qu'on sente que le film ne dispose pas d'un budget énorme, mais seulement du bénévolat. Les rares effets spéciaux sont visibles, et le reste est du maquillage un peu épais. Mais la photographie de Hunt For Gollum reste magnifique avec de très beaux plans gâchés par un montage plus que douteux. Les acteurs sont peu charismatique, mais c'est déjà très très bien.
A prendre comme film amateur, The Hunt For Gollum est un chef d’œuvre : la mise en scène reste étonnement pro et surpasse celle de productions Hollywoodiennes, la musique est très belle, et les acteurs pas mauvais. Mais une durée trop courte et un montage de mauvaise qualité gâchent un film plein de potentiel et d'ambition.

0 commentaires:

Publier un commentaire