Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

dimanche 3 juillet 2011

Harry Potter à l'école des sorciers

 Réalisé par Chris Columbus
Avec Daniel Radcliffe, Rupert Grint, Emma Watson, Robbie Coltrane, Richard Harris

Harry Potter c'est un mythe moderne à part entière. Créé par J.K. Rowling en 1993, publié en 1997 et adapté au cinéma en 2001 (rythme de 4 par 4), le petit sorcier est surement devenu aussi célèbre qu'un dieu pour certains.
A l'origine destiné à Steven Spielberg qui voulait un acteur américain pour Harry Potter (Haley Joel Osment - Sixième Sens, A.I. Intelligence artificielle : la consolation du Spielberg pour Harry Potter, et une sorte d'attaque) mais qui fut refusé par Rowling qui ne voulait que des acteurs de la même nationalité que ses personnages, donc anglais pour Potter. Le reste de la réalisation Spielbergienne est sans doute le génie John Williams à la composition. Au final, ce sera Chris Columbus, auteur de comédies familiales comme Mrs Doubtfire ou Maman, j'ai raté l'avion, qui réalisera donc le premier volet, tout comme le second.
Columbus a réunit 400 jeunes figurants pour le film, ici dans la Grande Salle
On remarque tout de suite l'inspiration de Columbus : le vieux de 1985 mais intéressant Young Sherlock Holmes de Barry Levinson : même atmosphère, même humour, mêmes décors et mêmes costumes... Très intéressant à regarder, et surtout magique pour ceux qui - comme moi - l'ont vu très jeune. Ça fait rêver, ça enchante, ça a beau être un peu enfantin c'est quand même fascinant de beauté et de féérie. Harry Potter à l'école des sorciers est donc intéressant surtout du côté visuel - et effets spéciaux pour l'époque - moins que pour son scénario, recopiage faramineux du livre de Rowling.
Du côté d'acting, c'est un genre de clan du cinéma anglais, des tonnes de stars chez les adultes : de Richard Harris à Alan Rickman, en passant par Maggie Smith, Robbie Coltrane, Warwick Davis, John Hurt, Ian Hart ou encore Richard Griffiths...mais du côté des gosses, c'est le noir total. Quelques rôles dans des téléfilms pour Radcliff, ou encore Rupert Grint, mais sinon...d'un côté c'est mieux : des stars pour les adultes permettent d'avoir de super personnages charismatiques (et c'est le cas !), et pour les enfants de révéler des gosses sans forcément avoir de bonnes performances (et c'est le cas quasiment pour chaque gosse !).
La musique de Williams est un coup de génie, on est habitué avec le compositeur attitré de Spielberg (lui aussi un génie, mais du divertissement). Un Hedwig's Theme mémorable, féérique et fichtrement bien composé, ainsi que des tas de dérivés, comme le célèbre thème du Quidditch, plus tard titré "Nimbus 2000", additionné de thèmes loufoques et enfantins, repris et additionnés dans la Chambre des Secrets, puis totalement remixés et supprimés dans le Prisonnier d'Azkaban trois ans après.
Donc oui, Harry Potter à l'école des sorciers est un très bon film, quoi qu'un peu enfantin, mais magique et féérique et initiateur du nouvelle génération du cinéma, une révolution du fait que le nombre d'œuvres fantastiques, de réédition d'œuvres fantastiques ou de come-back de ces œuvres, a surement centuplé après Harry Potter (et le Seigneur des Anneaux, mais c'est principalement grâce au sorcier, SdA étant destiné à un public plus adulte) : Narnia, Twilight, A la croisée des Mondes, les Chevaliers d'émeraude...etc. 

0 commentaires:

Publier un commentaire