Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

vendredi 22 juillet 2011

Cars

Réalisé par John Lasseter
Avec Owen Wilson, Paul Newman

Après un vieux visionnage qui m'avait fait considéré Cars comme le moins bon Pixar, je retente l'expérience. Réalisé, aussi incroyable que cela puisse paraître, par le très talentueux John Lasseter, et produit par Pixar (et Disney, même si à part les soussous ils n'y sont jamais pour rien si un Pixar est réussit), Cars évolue dans un monde où les voitures parlent, ont des yeux, des bouches, tombent amoureux et font la fiesta... Ce n'est sans rappeler l'enfance et certains enfants qui font parler leurs voitures miniatures, mais passons.
Le héros de l'histoire. Flash McQueen.
Finit Blanche-Neige chez Disney, finit aussi Bambi et les animaux qui parlent... place à la technologie vu que ce sont maintenant nos Audi, Ferrarri, bolides et... Dacia ? qui parlent. Outre les incohérences pas très importantes comme le fait de savoir si elles ont un système digestif et un appareil génital, c'est une idée comme un autre made in Pixar. Reprenant les circuits de NASCAR et une certaine nostalgie du Texas des sixties, Cars est avant tout à hommage à l'automobile et à Steve McQueen (?). Un héros passablement chiant, et des personnages caricaturaux au plus haut point (je pense à son pote Martin que je peux pas encadrer...), mais parfois marrants (le Bus Volkswagen est bien trippant, avec des répliques superbes : "Prends ton envol, Stanley" comme seul Pixar peut les faire). Oui, c'est donc ça le principal défaut de Cars : les personnages principaux (Flash, Martin et l'avocate dont j'ai oublié le nom et la marque) sont tellement chiants, caricaturaux et autres, que le long-métrage en souffre beaucoup... Parce que c'est très beau visuellement, et l'idée de récit initiatique est très bien exploitée, de même que la BO magnifique de Newman.
Cars est le pire Pixar : malgré de bonnes idées et un très beau rendu visuel, le film souffre d'héros chiants au plus haut point. Et dire que Pixar sort une suite dans les prochains jours, avec McQueen et Martin en persos principaux, on se demande ce que ça va donner... encore pire, surement.

0 commentaires:

Publier un commentaire