Mon Top 30 des films de 2019

Mon Top 30 des films de 2019

Fin d'une année, fin d'une décennie. Retour en images, en textes, en sensations et en émotions sur la cuvée cinéma 2019. D'Hamaguchi à Eggers, en passant par Gray et Llinas. Lire plus

Les Misérables

Les Misérables

Vrai-faux La Haine 2019, ce film de son époque est aussi un essai éminement philosophique sur un sujet sociétal majeur : le pouvoir d'une image et ses conséquences. Lire plus

The Irishman

The Irishman

Des gangsters, De Niro, Pesci, Pacino, une durée gargantuesque et un budget encore plus énorme : The Irishman avait des airs de film ultime pour Scorsese - où est-il justement un peu plus que ça ? Lire plus

The Lighthouse

The Lighthouse

Tour de force technique avant tout, The Lighthouse avait sû générer de forces attentes : le buzz passé, le résultat vaut-il un peu plus que le tour de passe-passe égocentrique ? Lire Plus

lundi 25 juillet 2011

Lovely Bones

Réalisé par Peter Jackson
Avec Saoirse Ronan, Mark Wahlberg, Stanley Tucci

Peter Jackson, après ses succès internationaux dus à King Kong et Le Seigneur des Anneaux revient à un cinéma bien plus intimiste et personnel (certes, il était fan du Seigneur des Anneaux), en adaptant le roman culte La Nostalgie de l'Ange d'Alice Sebold. Un casting très intéressant (Saoirse Ronan, nouvelle chouchoute outre-atlantique, Mark Wahlberg, dans un rare rôle sans Boum Boum, et Stanley Tucci en pervers pédophile à moustaches) pour un film plein d'espoir. Qui décevra malheureusement beaucoup... mais pas moi.
Wahlberg et Tucci, chacun dans l'un des meilleurs rôles de leur vie.
C'est avec enthousiasme que je vais voir ce projet dramatique de Peter Jackson. Ce qui est le plus frappant, outre les colorisations de long-métrage qui mettent mal à l'aise, c'est les performances respectives des acteurs principaux : Saoirse Ronan, dans sa découverte de l'inconnu et la perte de la vie, réussit à convier la pitié de son sort du spectateur, grâce à un certain émerveillement accompagné de nostalgie de la vie terrestre. Mark Wahlberg, en père vengeur, surpasse ses précédents rôles d'agents secrets/tueurs à gages/astronautes sur une planète perdu dans un véritable rôle à sa mesure, après Les Infiltrés, dans lequel il prouve que malgré les apparences, il est empli de talents et peut parfaitement endosser un rôle dramatique. Et enfin, le clou du spectacle, vu qu'il a été nominé aux Oscars pour ce rôle, Stanley Tucci, juste parfait en pédophile en fuite, avec un regard fuyant et chaleureux à la fois, et qui implore une telle empathie envers le spectateur qu'on pourrait appeler son jeu d'acteur un coup de génie. La réalisation de Peter Jackson, merveilleuse et menaçante, clôture le tout de cette œuvre magnifique qui énonce ses propres lois de vie après la mort, de vengeance, et de repos, tout en s'engageant contre la pédophile et la perversion ambiante.
Lovely Bones n'est peut-être pas un chef d’œuvre mais adapte avec brio une œuvre culte, son succès et sa qualité étant surtout dues aux performances des acteurs qui livrent un grand numéro dans ce film. Un très beau film.

0 commentaires:

Publier un commentaire